Vendredi 25 septembre 1874

De Une correspondance familiale

Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) à Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)

original de la lettre 1874-09-25.jpg


Vendredi 25 7bre 1874.

Ma bien chère Aglaé,

Quelle bonne idée de venir ainsi nous trouver, il n’y a que toi pour savoir tout si bien combiner et faire plaisir à chacun. Tout va être prêt, tu n’auras rien à apporter que les paquets de nuit. M. Alphonse[1] couchera dans la chambre près de celle du vitrage, toi et petit Jean[2] dans la grande et nos chères fillettes[3] dans le cabinet à côté. Merci mille fois, ma chère enfant, pour le plaisir que tu vas nous donner. J’espère que Monsieur Alphonse ne se ressent plus de son indisposition et à Morschwiller on tâchera de le bien soigner. A bientôt

Félicité Duméril


Notes

  1. Alphonse Milne-Edwards.
  2. Jean Dumas.
  3. Marie et Emilie Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 25 septembre 1874. Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) à Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_25_septembre_1874&oldid=35950 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.