Vendredi 16 mars 1917 (A)

De Une correspondance familiale


Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé)


original de la lettre 1917-03-16A.jpg


16 Mars 17

Mon cher Louis,

Je me reproche de ne pas t’avoir encore remercié de ta bonne lettre du 12, aussi ne remettrai-je pas encore à demain sous prétexte que j’aurai peut-être le temps de t’écrire longuement. Je te revois en pensée avec tes basanes[1] et parlant à la « Grande [Vache] » le langage qu’elle comprend ; mais je ne sais quel paysage évoquer pour le fond du tableau, et Mme Marc[2] que j’ai été voir ce soir n’en sait ou n’en paraît pas savoir davantage. Peu importe pourvu que nous te sachions en bonnes dispositions extérieures et intérieures.

Michel[3] se promenait dans le couloir cette après-midi et espère revenir ici[4] dans peu de jours ; ce sera d’autant plus volontiers qu’il a un camarade de chambre depuis hier soir, un capitaine très peu malade d’ailleurs, mais qui doit garder le lit quelques jours pour un bobo à la jambe. Ton papa[5] est parti ce matin pour Brunehautpré et ne sait quand il reviendra. Jacques[6] est toujours au Parc attendant sa destination, pas très occupé et très épris du paysage des Vosges.

Je t’embrasse bien affectueusement.

Emy


Notes

  1. Basanes : peaux souples qui recouvrent les pantalons de cavalerie sous les genoux.
  2. Marie Marthe Petit, épouse de Charles Marc.
  3. Michel Froissart, frère de Louis, hospitalisé.
  4. Au 29 rue de Sèvres à Paris.
  5. Damas Froissart.
  6. Jacques Froissart, frère de Louis.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 16 mars 1917 (A). Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_16_mars_1917_(A)&oldid=53709 (accédée le 8 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.