Thouin, André (1747-1824)

De Une correspondance familiale

Fils de Jean-André Thouin, jardinier en chef du Jardin du roi, et frère du paysagiste Gabriel Thouin (1747-1829), André apprend la botanique auprès de Bernard de Jussieu. Il prend la place de son père quand celui-ci meurt en 1764.

Il collabore à l’Encyclopédie. Grand maître des collections du Muséum, botaniste, spécialiste des greffes et de la culture des plantes exotiques, il augmente notablement le nombre des végétaux et des cultures. Il devient membre de nombreuses académies et sociétés savantes, telles que la Société d’Agriculture en 1784, l’Académie des Sciences en 1786. Il fait l’inventaire, avec René Desfontaines, des jardins botaniques des environs de Paris possédés par les nobles et autres dignitaires déchus.

En 1790, il est élu membre du Conseil général du département de la Seine, où il siège jusqu’au 10 août 1792. L’année suivante, il est nommé professeur administrateur du Muséum d’histoire naturelle, chargé du cours de culture et de naturalisation des végétaux étrangers. Il y crée en 1806 une école d’agriculture pratique. Il habite au Jardin des plantes, avec ses frères et ses sœurs, en annexe des anciennes serres, recevant parfois Malesherbes, Rousseau, etc.

En 1794, il suit les armées aux Pays-Bas où il est chargé, avec Barthélemy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), de récupérer des collections. Il a la même mission, en 1796, lors de la campagne d’Italie de Bonaparte.

Georges Cuvier prononce son éloge devant l'Institut.



Pour citer cette page

« Thouin, André (1747-1824) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Thouin,_Andr%C3%A9_(1747-1824)&oldid=42343 (accédée le 28 février 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.