Seillière, Frédéric (1838-1899) et ses proches

De Une correspondance familiale

En 1872, cherchant une solution pour son entreprise dans l’Alsace occupée, Charles Mertzdorff entame des pourparlers avec les Seillière de Senones (lettre du 26 février 1872).

Aimé Benoît Seillière (1776-1860), après avoir créé une filature à Reims, achète en 1832 la manufacture de Saint- Maurice à Senones, dans les Vosges. A partie de 1843 son fils cadet, Nicolas Ernest (1805-1864), développe l’entreprise (filature, tissage, blanchisserie) et crée des maisons de vente à Mulhouse et à Paris (Société Seillière, Vincent, Ponnier et Compagnie, 30 rue du Sentier à Paris). Le fils de Nicolas Ernest, Aimé Seillière (1835-1870) succède à son père. A sa mort au siège de Paris (alors qu’il venait d’être élu député des Vosges), son frère Frédéric Seillière (né à Reims en 1838-1889) le remplace. C’est avec lui et son associé Charles Vincent (1817-1899) que Charles Mertzdorff entre en pourparlers (lettres du 26 février 1872 et suivantes).
Le mariage de Frédéric Seillière, attiré par les beaux-arts et l’histoire plus que par le textile, avec Nathalie de Laborde, fille du directeur des Archives de l’Empire, lui permet de se retirer en 1874. Le Dictionnaire d’Emmanuel Bénézit le mentionne comme « peintre d’histoire et aquarelliste », élève d’Eléonore Auguste Carliez, peintre de genre rouennais, lui-même élève du renommé Léon Cogniet (1794-1880), dont la qualité première n’est pas l’originalité.

Charles Mertzdorff prend une assez forte participation dans la société. En 1874 la société prend le nom de Ponnier Vincent et Compagnie, puis dans les années 1920 l’entreprise est vendue à Marcel Boussac.

Les descendants d’Aimé et Frédéric Seillière, leurs fils respectifs Ernest et Léon Seillière, ne suivent pas la carrière industrielle de leurs pères. Ernest Seillière devient académicien ; il épouse Germaine Demachy. Léon Seillière est musicien ; il épouse la sœur de Germaine, Hélène Demachy.

[D’après Ludovic Damas Froissart, Un Industriel Alsacien : Charles Mertzdorff, 1983]



Pour citer cette page

« Seillière, Frédéric (1838-1899) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Seilli%C3%A8re,_Fr%C3%A9d%C3%A9ric_(1838-1899)_et_ses_proches&oldid=42298 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.