Schweigger, August Friedrich (1783-1821)

De Une correspondance familiale

Dans sa lettre du 14 septembre 1834, André Marie Constant Duméril mentionne le nom de Schweigger. August Friedrich Schweigger fait des études de médecine et d’histoire naturelle à Erlangen et obtient son titre de docteur en médecine en 1804. Il s’installe d’abord à Berlin puis à Paris en 1806. Il revient en Prusse en 1809 et est nommé professeur de botanique et de médecine à l’université de Königsberg. Il y fonde un jardin botanique et réalise de fréquents voyages en Europe afin d’y étudier la faune et la flore. Il est assassiné par son guide lors d’un voyage en Sicile.

Outre des recherches en botanique, on lui doit d’importants travaux sur les tortues et les coraux. Mais la classification qu’il suit pour ces derniers est vivement critiquée par Henri-Marie Ducrotay de Blainville. Dans son Erpétologie générale (1835), André Marie Constant Duméril indique qu’August Schweigger a publié son « Prodrome sur la monographie des chéloniens », dans les Archives d’histoire naturelle et de mathématiques de Königsberg (1812).



Pour citer cette page

« Schweigger, August Friedrich (1783-1821) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Schweigger,_August_Friedrich_(1783-1821)&oldid=42295 (accédée le 2 juin 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.