Samedi 8 mai 1858

De Une correspondance familiale

Lettre de Caroline Duméril (Paris) à sa cousine Isabelle Latham (Le Havre)

Original de la lettre 1858-05-08-page1.jpg Original de la lettre 1858-05-08-pages2-3.jpg


Paris 8 Mai 1858

Combien j'ai regretté de ne pouvoir aller te faire mes adieux, hier, ma petite Isabelle, mais tu as compris n'est-ce pas, ce qui m'en empêchait ; M. Mertzdorff étant forcé de partir le soir, nous tenions au moins à passer ensemble toute l'après-midi. J'ai vraiment bien peu joui de toi, dans ce séjour, ma chère amie, mais si tu savais par combien de préoccupations et d'inquiétudes l'on passe avant de prendre une décision qui doit fixer votre avenir à jamais ! Pourtant sois sûre que j'ai bien pensé à toi et que j'ai bien trouvé le temps d'avoir des regrets à l'idée que tu étais là, près de moi, et que je ne pouvais jouir de ta société. Hier Léon[1] m'a apporté de ta part, et de celle de Lionel[2], m'a-t-il dit, un souvenir vraiment trop magnifique ; on ne peut rien voir de meilleur goût et de plus gracieux, mais pour moi, sa grande valeur, vois-tu, c'est que c'est une preuve de ton affection à laquelle je tiens tant et que j'ai presque peur de perdre un peu. Je t'en prie ma petite Isabelle, aime-moi toujours et sois sûre que ta Crol ne cessera pas d'être ton amie et que s'il lui est entré dans le cœur une autre affection toutes celles qui y étaient déjà n'en ont nullement souffert.

Maman[3] te prie de présenter à ton père[4] et à Mlle Pilet[5] les regrets qu'elle a eus de ne pouvoir les trouver et il a fallu la force des circonstances pour l'en empêcher.

Au revoir, ma chère petite Isabelle, reçois avec mes regrets mes nouveaux remerciements et l'assurance de ma profonde amitié. Tout à toi

Crol

Sois je te prie l'interprète de mes sentiments affectueux auprès de ton père et d'Edmond[6] et veuille ne pas m'oublier auprès de Mlle Pilet. J'embrasse bien fort Lionel. Je t'envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.


Notes

  1. Léon Duméril, frère de Caroline.
  2. Lionel Henry Latham, frère d’Isabelle.
  3. Félicité Duméril.
  4. Charles Latham.
  5. Gouvernante dans la famille Latham.
  6. Richard Edmond Latham, autre frère d’Isabelle.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Samedi 8 mai 1858. Lettre de Caroline Duméril (Paris) à sa cousine Isabelle Latham (Le Havre) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_8_mai_1858&oldid=35672 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.