Samedi 18 juin 1887

De Une correspondance familiale

Lettre d'Angélique Vasseur (Saint-Amand, dans le Nord) à sa cousine Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann)


Fs1887-06-18 page1 Angélique.jpg Fs1887-06-18 pages2-3 Angélique.jpg


Saint-Amand 18 Juin 1887[1]

Ma bien chère Cousine,

Vos lignes si sympathiques du 15 nous ont fait du bien à Théophile[2] et à moi. Je les ai reçues ici parce que je n’ai pas quitté mon bon frère depuis mon retour de Paris le 11 Juin. J’avais l’intention de rester avec ma chère Fidéline[3] jusqu’au Lundi 13 lorsque vendredi soir une lettre d’Henri[4] m’apprit qu’Adèle[5] était au plus mal ce qui me décida à prendre le lendemain matin à 8 heures le train pour Lille, mais hélas ! j’appris en arrivant à la gare que je ne reverrai plus, en vie, celle que nous pleurons. Vous comprenez ma chère Cousine, quel coup de foudre ça été pour moi, pour nous tous…

Notre bonne Adèle ne s’est alitée que le mardi soir et le vendredi, dans la nuit, à 2 heures du matin elle a rendu sa belle âme à Dieu, après avoir reçu tous les sacrements en parfaite connaissance et sachant que sa vie finissait… Vous comprenez ma bonne cousine, l’immense douleur de mon pauvre frère. Une mort si prompte a quelque chose de si foudroyant, qu’il faut toute la Foi d’un Chrétien pour ne pas se laisser abattre. Heureusement Théophile la possède cette Foi, vous le savez ma bonne cousine, aussi il montre beaucoup de courage, de soumission à la Volonté de Dieu. La besogne forcée qu’exige sa place[6] l’aide aussi à surmonter sa si grande douleur. Je bénis Dieu maintenant qu’il n’a pas encore pris sa retraite.

Recevez, ma chère Cousine, mon bon cousin[7], pour moi, pour Théophile l’assurance de nos meilleurs sentiments d’amitié et de notre reconnaissance pour votre si profonde sympathie.

Votre toute dévouée cousine,

Angélique


Notes

  1. Lettre sur papier deuil. Saint-Amand est une commune dans le département du Nord.
  2. Théophile Léonard Vasseur, frère d'Angélique.
  3. Fidéline Vasseur, sœur d'Angélique et Théophile Léonard.
  4. Henri Vasseur, frère des précédents.
  5. Adèle Werquin, épouse de Théophile Léonard Vasseur.
  6. Théophile Léonard Vasseur est percepteur à Saint-Amand.
  7. Louis Daniel Constant Duméril, époux de Félicité.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Samedi 18 juin 1887. Lettre d'Angélique Vasseur (Saint-Amand, dans le Nord) à sa cousine Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_18_juin_1887&oldid=41299 (accédée le 10 décembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.