Samedi 16 juin 1917

De Une correspondance familiale


Lettre de J. Siegel (Ranspach) au percepteur (Thann)



Ranspach le 16. Juin 17.

Monsieur le Percepteur
Thann

Par la présente je me permets de vous faire la demande de vouloir bien m’indiquer si possible ce qu’il y a eu de payé comme cantonnements militaires pour la maison N°14 de la [Herrengasse] à Vieux-Thann  depuis Juin 1915. vu que depuis cette époque je n’ai plus rien touché et tout de même il y avait des militaires avec des mulets logés dans la maison.

Je vous serais très reconnaissant si vous voudriez

T.S.V.P.

bien m’en informer par un petit mot de la somme et date et par qui cela a été pris afin que je puisse faire des démarches pour l’avoir, parce que je suppose qu’on me l’a soustrait[1]. Ci-joint je vous remets une enveloppe avec adresse affranchie pour la réponse.

En vous remerciant beaucoup d’avance recevez Monsieur mes salutations distinguées.

J. Siegel
Chef comptable
Réfugié à Ranspach[2]


Notes

  1. « ?! » ajouté en commentaire.
  2. Voir la lettre du 3 juillet 1917.

Notice bibliographique

D’après l’original (réclamation jointe à la lettre du 3 juillet)

Pour citer cette page

« Samedi 16 juin 1917. Lettre de J. Siegel (Ranspach) au percepteur (Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_16_juin_1917&oldid=55180 (accédée le 6 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.