Samedi 11 mars 1882

De Une correspondance familiale

Lettre d’Émilie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


Fs1882-03-11 pages1-4-Emilie.jpg Fs1882-03-11 pages2-3-Emilie.jpg


11 Mars 1882[1]

Mon cher Papa,

J’aurais dû t’écrire ce matin pour pouvoir le faire tranquillement, mais sachant que nous devions aller chez Marie[2] j’ai préféré attendre à notre retour pour pouvoir te donner des nouvelles de toutes tes filles, et vraiment me voilà un peu en retard. Heureusement que les griffonnages ne t’effraient pas. Tu sauras que petite Jeanne va très bien, elle est d’une gaîté charmante, elle nous a fait bien rire avec ses petites agaceries. Il faut toujours jouer avec elle.

Quant à moi tu vois que je fais bien des progrès puisque j’ai été aujourd’hui rue Cassette, en voiture, il est vrai. Hier j’ai dîné à table comme une grande personne, j’avais pris ma leçon de M. Marquerie[3] et ce matin j’ai celle d’italien.

Hier nous avons eu la visite de Marie sans sa fille, puis Mme Brongniart[4] et M. Lafisse[5] qui se sont trouvés ici avec elle, et le soir bonne-maman[6].

Bonne-maman Trézel[7] est toujours très enrhumée, M. Dewulf[8] a même été un peu inquiet parce qu’elle avait un état de somnolence inaccoutumé ; elle va mieux maintenant, cependant elle n’est pas complètement remise.

Jean[9] est dans son lit depuis 2 jours avec le même mal de gorge que moi, je ne peux pourtant pas le lui avoir donné puisque je ne l’ai pas vu. Il est si faible et si fatigué qu’on va prendre de grands partis : cessation du travail et campagne si c’est possible, mais à cette époque-ci ce n’est pas très facile.

Voici l’heure d’envoyer ma lettre, je t’embrasse de tout cœur.

Émilie        


Notes

  1. Lettre sur papier-deuil.
  2. Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville, mère de Jeanne de Fréville et sœur d’Émilie.
  3. Gustave Lucien Marquerie, professeur de dessin.
  4. Probablement Catherine Simonis Empis, épouse d’Édouard Brongniart.
  5. Claude Louis Lafisse.
  6. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  7. Auguste Maxence Lemire, veuve de Camille Alphonse Trézel.
  8. Le docteur Louis Joseph Auguste Dewulf.
  9. Jean Dumas.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Samedi 11 mars 1882. Lettre d’Émilie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_11_mars_1882&oldid=35311 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.