Rolez, Mademoiselle (active début XXe siècle)

De Une correspondance familiale


Lucie Froissart (17 ans) suit à Douai des « cours d’histoire et littérature et un cours de chimie chez Mlle Rolez » (Émilie Mertzdorff-Froissart à sa sœur, 13 octobre 1903).

Mademoiselle Rolez est directrice d’un externat, l’Institut de la Sainte Union. Cette institution est créée en 1819 par les religieuses de l’Abbaye de Flines. Elle s’agrandit peu à peu et en 1860 s’ouvre un pensionnat pour filles.

La loi du 7 juillet 1904 supprime l’enseignement congréganiste. Après le départ des religieuses, Mademoiselle Rolez prend la direction de l’externat de la Rue Lambrecht, bientôt installé rue du Gouvernement sous le nom le nom de « Sainte Clotilde ».

Après la Grande Guerre, pendant laquelle l’établissement réquisitionné abrite un hôpital de la Croix Rouge, le pensionnat est ouvert à nouveau en 1919.

Louis Froissart se souvient : « Les filles allaient chez Mademoiselle Rolez et nous aussi, quand nous étions tout petits. Mademoiselle Rolez avait encore sa mère. »



Pour citer cette page

« Rolez, Mademoiselle (active début XXe siècle) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Rolez,_Mademoiselle_(active_d%C3%A9but_XXe_si%C3%A8cle)&oldid=56520 (accédée le 4 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.