Mi-octobre 1865

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)


Original de la lettre de mi-octobre 1865.jpg


Je savais bien que l’oncle Alphonse[1] était l’homme aux bonnes idées, mais aujourd’hui il se surpasse lui-même, et je le déclare un grand homme par le cœur ; aux savants de toutes les académies à lui décerner la palme du <travail> !

Voilà, ma chère petite Gla, qui est vraiment aimable, aussi, je ne puis te dire la joie de chacun à la pensée de te voir bientôt avec l’oncle Alphonse.

Venez, chers Amis, vous vous reposerez, nous vous dorloterons de notre mieux.

Nos montagnes sont encore belles, et Alphonse pourra encore faire quelques promenades.

La pluie nous arrive en ce moment pour la première fois, mais à cette époque il y a encore au milieu du jour de bons rayons de soleil et nous en profiterons pour prendre l’air ensemble.

Je souhaite doublement que tu trouves vite un bon domestique, et que tu puisses prendre un moment de repos sans être trop préoccupée de la maison ; Cécile[2] est bien gentille, et tu ne dois pas craindre avec elle de t’absenter.

Je fais mettre les tapis et les <poêles>.

Tu ne me dis rien des examens de Julien[3], j’espère qu’il continue à être content.

Je suis bien contente que tu aies trouvé maman[4] bien. Je l’embrasse bien fort !

Pour des commissions je ne vois rien de pressant. Tu verras mes chapeaux et nous déciderons ensemble ce qu’on doit en faire, en attendant je puis les mettre encore, ils ne sont pas mal.

Adieu, ma Gla, je t’embrasse et Charles[5] est capable d’en faire autant pour te montrer le plaisir que nous a fait ta lettre de ce matin. Mimi[6] t’écrit pour te montrer aussi sa joie, la pauvre petite a un peu mal à l’œil, mais ce n’est rien. Founi[7] dit qu’elle sera bien sage et jouera avec l’oncle Alphonse.

Sœur amie

EM

Mille amitiés à ton cher entourage.


Notes

  1. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé Desnoyers.
  2. Possiblement une domestique, ou bien Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas et belle-sœur d’Aglaé.
  3. Julien Desnoyers, jeune frère d’Eugénie et Aglaé.
  4. Jeanne Target, épouse de JulesDesnoyers.
  5. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  6. Marie Mertzdorff.
  7. Emilie Mertzdorff, petite sœur de Marie.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mi-octobre 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mi-octobre_1865&oldid=43120 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.