Mercredi 9 février 1916

De Une correspondance familiale

Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (Camp de La Braconne)

original de la lettre 1916-02-09.jpg


9 Février

Mon cher Louis,

Je suis bien contente de pouvoir t’envoyer des petits paquets ; je pense que tu es déjà en possession du chocolat et que tu ne tarderas pas à recevoir la langue et le saucisson que j’ai jetés hier à la poste. Je te ravitaillerai régulièrement ; il importe que tu manges bien.

Jacques[1] est entré aujourd’hui au Val de Grâce en observation nous ne savons ce qu’on fera de lui, mais je voudrais bien qu’on ne le renvoie pas au front avant la fin d’Avril.

Michel[2] part demain matin. Tu vois qu’il tire sur la ficelle. Il va au dépôt de Joigny avec l’espoir de rejoindre très prochainement le Colonel Moraillon au 111e.

Nous avons eu hier Flory à déjeuner avec M. l’Abbé[3]. Anne Marie[4] a recommencé à aller au cours.

Je t’embrasse tendrement

Emy

Ton paquet de vêtements est arrivé aujourd’hui en parfait état ; j’ai admiré l’emballage et ton talent de couturier.


Notes

  1. Jacques Froissart, frère de Louis.
  2. Michel Froissart, frère de Louis.
  3. L’abbé Marcel Pératé.
  4. Anne Marie Degroote, 8 ans.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

41e Régiment d’Artillerie 74e Bataillon

Camp de la Braconne par Ruelle

Charente

Pour citer cette page

« Mercredi 9 février 1916. Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (Camp de La Braconne) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_9_f%C3%A9vrier_1916&oldid=53003 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.