Mercredi 29 mars 1865

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)

original de la lettre 1865-03-29 pages1-4.jpg original de la lettre 1865-03-29 pages2-3.jpg


Mercredi Midi[1]

Ma chère petite Gla,

Charles[2] veut parier que vous ne viendrez pas ; et que, comme nos cigognes, vos belles promesses de voyage vont s’en aller en brouillard dans le ciel nous laissant de bec dans l’eau.

Moi je prétends, qu’au contraire vous allez revenir sur votre décision et que Samedi nous recevrons une dépêche nous annonçant votre arrivée pour le Dimanche 9 au matin.

C’est vraiment trop absurde de se priver de 3 bonnes journées de réunion pour pour… quelque chose qui n’est pas un motif. Je comprendrais si Louise[3] venait avec toute sa bande et pour un certain temps que tu ne voulusses pas abandonner ton royaume ; mais elle vient seule et pour 2 jours ! et quant à la question d’amabilité je ne peux la reconnaître, car tu n’es pas encore venue chez nous, tu es déjà et tu reverras Louise dans quelques jours, aussi je suis sûre qu’elle t’engagerait à partir au plus vite pour le Vieux-Thann puisque vous ne pouvez pas ensuite prolonger votre séjour. Enfin Alphonse est bien gentil lui j’en suis sûre et voudrait nous donner le plus de temps possible puisqu’il voulait partir le Samedi soir, quant à toi tu exagères tes devoirs et rappelle-toi que l’excès du bien touche le mal.

Déclaré juste approuvé par toute la colonie qui vous désire et vous aime. Je vais préparer votre chambre et faire tout comme si tu ne m’avais pas écrit. Ta sœur et amie

EM

Enfin fais comme tu voudras car tu as peut-être quelque autre motif que j’ignore, car celui que tu me donnes n’est pas suffisant.


Notes

  1. Cette lettre non datée est à situer juste avant qu’Aglaé Desnoyers et son époux Alphonse Milne-Eswards se décident à venir en Alsace (lettre du 2 avril).
  2. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  3. Louise Milne-Eswards, épouse de Daniel Pavet de Courteille et mère de plusieurs enfants.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 29 mars 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_29_mars_1865&oldid=35155 (accédée le 3 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.