Mercredi 23 juillet 1884

De Une correspondance familiale

Lettre d'Alphonse Milne-Edwards (Paris) à Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Launay près de Nogent-le-Rotrou)


Fs1884-07-23 pages1-4 Alphonse.jpg Fs1884-07-23 pages2-3 Alphonse.jpg


23 Juillet 1884

Chère Marie,

Cet été nous sommes, comme de la graine de Chardons, semés à tous les vents les uns à l’ouest, les autres au nord, les autres au centre. Tous désirant se réunir et ne pouvant y arriver. Quel malheur de ne pouvoir concentrer dans une ville (pour dames intéressantes) toute notre famille petite et grande. Dans une grande vaste pièce bien aérée on installerait les petites mamans[1], dans une autre seraient les bébés, le reste de la villa, le parc et les bois seraient réservés aux personnes valides. On n’aurait qu’un pas à faire et on serait ensemble. Aujourd’hui pour se voir il faut courir aux 4 coins de la France. Décidément je vois bien des réformes à faire en ce monde. Paris est particulièrement ennuyeux cette année, les journées y sont plus longues que d’ordinaire et les semaines ont certainement plus de 10 jours. J’ai l’intention d’aller Samedi à Lille voir Jacques dont je ne connais pas encore les yeux qu’il tenait obstinément fermés à l’époque de mon dernier voyage. C’est un beau petit garçon tout rond et poilu comme un petit ours, il a l’air un peu naïf et je suis sûr que Jeanne[2] lui en contera de toutes les couleurs. Son crâne a la conformation Mertzdorff, le front est étroit du haut et les sourcils un peu gros comme ceux de Madame sa mère. Ce sera tout à fait réjouissant quand les 4 petits[3] joueront ensemble. Quelle famille nous allons faire et quelle grande table nous aurons dans quelques années.

Ta tante[4] m’a tenu au courant de tout ce qui se passait à Launay et je n’ai que des compliments à te faire sur ta bonne santé ! Mme Dumas[5] et Jean espèrent que vous serez bientôt à Saint-Briac[6] où nous nous retrouverons avec vous. Mille amitiés à Marcel[7]. Je t’embrasse tendrement toi et tes petits.

A MEd


Notes

  1. Marie vient d'accoucher de Charles de Fréville et sa sœur Émilie de Jacques Froissart.
  2. Jeanne de Fréville, fille aînée de Marie Mertzdorff.
  3. Jeanne, Robert et Charles de Fréville et Jacques Froissart.
  4. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards.
  5. Cécile Milne-Edwards, épouse d'Ernest Charles Jean Baptiste Dumas,  et mère de Jean Dumas.
  6. Saint-Briac-sur-Mer, en Bretagne (Ille-et-Vilaine).
  7. Marcel de Fréville.

Notice bibliographique

D'après l'original.

Pour citer cette page

« Mercredi 23 juillet 1884. Lettre d'Alphonse Milne-Edwards (Paris) à Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Launay près de Nogent-le-Rotrou) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_23_juillet_1884&oldid=35078 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.