Mercredi 1er février 1871 (A)

De Une correspondance familiale


Lettre de Félicité Duméril (Morschwiller) à sa sœur Eugénie Duméril après la mort de son époux Auguste Duméril (Paris)


livre de copies, vol. 2, p. 659 (lettre 1871-02-01A).jpg livre de copies, vol. 2, p. 660 (lettre 1871-02-01A).jpg


Lettre de Félicité Duméril.

Mercredi 1er Février 1871.

Ma bien chère Eugénie,

Enfin, je puis venir te trouver, te parler du grand malheur qui nous frappe tous, par la mort de ton excellent mari[1]. Ce cas affreux était prévu, mais il n’en a pas été moins poignant, moins douloureux, pauvre Eugénie ! pauvre Adèle[2] ! nous mêlons nos larmes aux vôtres. Auguste a aujourd’hui, dans le ciel, la récompense de sa belle vie : ce sont ceux qui restent, qui sont à plaindre.

A peine ce coup terrible venait-il ne nous frapper, quand les plus grandes agitations, les plus grandes inquiétudes s’emparaient de notre cœur, par le bombardement, et tous les cruels détails, concernant Paris ; puis nous est arrivée la douloureuse nouvelle de la mort de ce pauvre Julien[3], que nous aimions tant. Pauvre jeune homme ! lui aussi est au Ciel, mais ses pauvres parents[4] resteront dans la douleur, jusqu’au dernier jour de leur vie. Léon[5] nous a quittés : il a voulu aussi partager les dangers : c’est te dire toutes les angoisses que nous avons dans le cœur ; mais enfin, grâce à Dieu, nous avons de ses nouvelles, qui sont bonnes.

Sans cesse je vous vois tous, par la pensée, toi, mon frère[6], ses enfants, Adèle, et les trois chers petits[7] : comment allez-vous tous ? De grâce, une lettre de votre écriture, que nous sommes si impatients de recevoir. Je laisse la plume à Constant[8], après vous avoir tous embrassés, autant que nous vous aimons.

F. Duméril.

Ici[9], et à Vieux-Thann[10], les santés sont bonnes, malgré tant de tourments et d’agitations.


Notes

  1. Auguste Duméril, décédé le 12 novembre 1870.
  2. Adèle Duméril, épouse de Félix Soleil et fille d’Auguste et Eugénie Duméril.
  3. Julien Desnoyers, décédé le 6 janvier au fort d’Issy.
  4. Jules Desnoyers et son épouse Jeanne Target.
  5. Léon Duméril.
  6. Charles Auguste Duméril, veuf, père de Clotilde (épouse de Charles Courtin de Torsay), Paul et Georges.
  7. Marie, Léon et Pierre Soleil, enfants d’Adèle.
  8. Louis Daniel Constant Duméril, époux de Félicité.
  9. A Morschwiller.
  10. A Vieux-Thann vivent les Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après le livre de copies : Lettres de Monsieur Auguste Duméril 2me volume (pages 659-660)

Pour citer cette page

« Mercredi 1er février 1871 (A). Lettre de Félicité Duméril (Morschwiller) à sa sœur Eugénie Duméril après la mort de son époux Auguste Duméril (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_1er_f%C3%A9vrier_1871_(A)&oldid=52342 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.