Mardi 7 janvier 1919 (B)

De Une correspondance familiale


Brouillon de lettre à Henry Poulet par Guy de Place (mobilisé) adressé à Jacques Meng (Fellering)


original de la lettre 1919-01-07 B page 1.jpg original de la lettre 1919-01-07 B page 2.jpg


Reçu le 11.1.1919
Répondu le 11 Janvier1919

Brouillon

Adressé à M. Poulet, Commissaire [  ] de la République

En réponse à notre la lettre du 18 décembre que nous avons eu l’honneur de vous adresser au sujet des créances sommes qui nous sont dues [en comme] façon ou avances de port, etc. par nos clients allemands dont les tissus sont sous séquestre à Lyon (M. Miramond de laRoquette, [ ] 9 rue Pierre Corneille à Lyon) M. le Lieutenant de Maroussem [directeur des finances publiques] nous répond que ces sommes ne rentrant dans aucune des catégories spécifiées par l’arrêté du 26 novembre il nous appartiendra le cas échéant de soumettre la question à la chambre de Compensation qui sera vraisemblablement créée au moment de la signature du traité de Paris.

A cela nous Il ne vous échappera pas, Monsieur le président commissaire [M [1]] que cette question présente trop d’importance pour qu’il nous soit possible d’attendre « le cas échéant » la solution d’une chambre de compensation qui sera « vraisemblablement » créée. Nous ne sommes pas responsables du retard mis par le séquestre à nous verser les sommes qui nous sont dues et qui. Nos créances sont antérieures à la déclaration de guerre. Il serait Vous estimerez comme nous inadmissible que la victoire des alliés en abaissant la valeur du mark, nous fasse supporter une perte considérable alors que notre responsabilité absolument injustifiée. C’est précisément parce que la question ne paraissait pas tranchée par le décret du 26 novembre que nous avons cru nécessaire de poser la question et nous avons pensé que nous ne saurions avoir dans la circonstance de meilleur interprète auprès des pouvoirs publics que le commissaire de la Haute Alsace dont nous avons depuis déjà pu apprécier la bienveillance et le dévouement. Vous nous permettrez donc d’espérer que la lettre du 25 décembre qui nous a été adressée par M. le Lieutenant de Maroussem ne constitue pas un refus de soutenir  défendre prendre en mains auprès du gouvernement défense des intérêts dont nous avons la charge.

Dans cette attente nous vous prions M. le Commissaire…….[2]


Notes

  1. Henry Poulet, commissaire de la République à Colmar et Léon Mirman, commissaire de la République à Metz, dépendent de Georges Maringer, commissaire de la République à Strasbourg et haut-commissaire en Alsace reconquise. Est-ce à Georges Maringer que la lettre du 18 décembre était adressée ?
  2. Voir la réponse (lettre du 14 janvier 1919).

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 7 janvier 1919 (B). Brouillon de lettre à Henry Poulet par Guy de Place (mobilisé) adressé à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_7_janvier_1919_(B)&oldid=41032 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.