Mardi 21 janvier 1919

De Une correspondance familiale


Lettre de Damas Froissart (Paris) à son Louis Froissart (mobilisé)

original de la lettre 1919-01-21.jpg


Commandant Froissart
29, Rue de Sèvres, Paris[1]

21/1 19

Mon cher Louis,

« Les événements se précipitent » si j’ose m’exprimer ainsi : le Ministre de l’Instruction publique[2] à qui j’avais envoyé, il y a 8 jours, une note les « Dommages intellectuels » en l’appuyant d’une lettre, et sans nommer personne, me répond par une note m’invitant à me référer à l’addition du 19 Xbre 18 (qu’il dit publiée à l’officiel du 22 Xbre) à la note du 25 mars 18. Cette « addition » c’est ce qui [lance l’admission] pour les candidats ayant eu ¼ des points. Et il me signale aussi les décrets et instructions du 10 janvier 19, insérés à l’officiel du 16 Janvier que tu as reçu.

J’ai pensé qu’il ne fallait pas laisser se refroidir mes relations avec cet obligeant Ministre, qui tient à mes renseigner, et je lui ai répondu ce soir en exposant ton cas, en disant que tu as passé ton examen [de 9bre] contre la consigne de ton médecin et sans avoir pu rien préparer, et j’ai mis à l’appui un certificat du Dr Luc (dont copie est ci-jointe), en disant que cet excès de zèle, de ta part, n’empêche pas que tu sois au nombre des militaires que le service devait empêcher de se préparer à un autre examen et que le [fait motivé] d’avoir subi l’examen (comme aurait pu le subir un permissionnaire de 48 heures) n’est pas ce que vise l’addition du 19 Xbre 18 en parlant de jeunes gens que leurs obligations militaires empêchent de se présenter.

J’espère que tu m’en voudras pas de ce que je t’écris, chaque jour, des lettres assez différentes de celles que je te faisais parvenir la veille.

Les Degroote[3] pensent se mettre en route le 28 pour venir ici : tes frères Michel et Pierre[4] [s’inquiètent d’être convoqués] quelque part en Alsace. Ta mère[5] renonce à y aller ayant à garder les enfants de Jacques[6] et probablement à recevoir les Degroote quand Pierre sera là-bas.

Mille amitiés,

D. Froissart


Notes

  1. Tampon en en-tête.
  2. Louis Lafferre, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts, du 16 novembre 1917 au 27 novembre 1919.
  3. Henri Degroote et les siens.
  4. Michel et Pierre Froissart.
  5. Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart.
  6. Jacques Froissart, père de Jacques Damas, Marc et Claude Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 21 janvier 1919. Lettre de Damas Froissart (Paris) à son Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_21_janvier_1919&oldid=53246 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.