Mardi 14 novembre 1916

De Une correspondance familiale

Lettre d’Hélène Duméril (épouse de Guy de Place) (Paris) à Jacques Meng (Fellering)

original de la lettre 1916-11-14 pages 1-4.jpg original de la lettre 1916-11-14 pages 2-3.jpg


Reçu le [ ] Décembre 1916
Répondu18 Décembre 1916

6 rue Huysmans
14 Novembre 1916

Cher Monsieur Meng,[1]

Je vous remercie beaucoup, ainsi que Madame Meng[2], de la part que vous avez prise à notre malheur. J’y ai été bien sensible. Ma pauvre mère[3] n’a pu résister aux angoisses dans lesquelles elle vivait depuis deux ans. Maintenant elle sait ce qu’est devenu mon frère[4] et sans doute l’a-t-elle retrouvé.

J’espère que vous continuez à avoir de bonnes nouvelles de vos enfants[5] et petits-enfants[6], mais la séparation doit vous sembler bien dure. Vous êtes si près de Guebwiller qu’il est particulièrement pénible de ne pouvoir franchir une aussi petite distance, mais il faut toujours vivre dans l’espoir et tâcher d’attendre patiemment des jours meilleurs.

Louise Dehlung, notre ancienne cuisinière, doit venir prochainement vous acheter du charbon. Je profite de ce petit mot pour vous prier de le lui céder au même prix qu’aux ouvriers de la fabrique.

Je vous remercie encore, cher Monsieur Meng, et vous prie de recevoir, ainsi que Madame Meng, mon meilleur souvenir.

H. de Place


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Marie Gayot, épouse de Jacques Meng.
  3. Marie Stackler, veuve de Léon Duméril.
  4. André Duméril, disparu au front en 1914.
  5. Marguerite Meng, épouse d’Albert Langs et Jean Jacques Meng.
  6. Les enfants Langs.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 14 novembre 1916. Lettre d’Hélène Duméril (épouse de Guy de Place) (Paris) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_14_novembre_1916&oldid=40713 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.