Lundi 3 novembre 1879 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1879-11-03.jpg


Ma chère Marie

Nous voici de nouveau avec de la neige, il ne fait pas chaud & je me décide à voyager le jour.
Je quitterai demain Mardi Matin lorsque tu liras ma lettre je serai en route & t’embrasserai le soir à 10 ½ h.
J’ai reçu ta chère lettre hier matin. vous m’avez gâté en m’écrivant tous les jours & cependant cela ne me suffit plus c’est pour cela que je devance mon arrivée auprès de vous.
La pensée de vous[1] embrasser demain soir me réjouit beaucoup comme tu le penses bien.
Je t’embrasse en attendant que je m’en donne à cœur joie.
tout à toi
ChsMff
Lundi matin 3 9bre 79.
Nous fêterons la Saint Charles ensemble[2].


Notes

  1. Marie et sa sœur Emilie Mertzdorff.
  2. La Saint Charles se fête le 4 novembre.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 3 novembre 1879 (A). Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_3_novembre_1879_(A)&oldid=40523 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.