Lundi 31 octobre 1870 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Emilie et Marie Mertzdorff (à Morschwiller chez leurs grands-parents) à leur mère Eugénie Desnoyers (épouse de Charles Mertzdorff) (Vieux-Thann)

original de la lettre 1870-10-31 B page1.jpg original de la lettre 1870-10-31 B page2.jpg


J'ai été dérangée par une promenade que nous avons faite avec bonne-maman[1] nous avons été voir les choux et le petit logement c'est-à-dire l'ancienne maison de Célestine[2].

Mais j'ai voulu dire sur l'autre page que je n'ai pas d'analyse car je fais les devoirs du Mardi.

Père[3] va-t-il bien a-t-il encore des coliques ce père chéri.

Marie[4] pleure toujours c'est-à-dire elle vient de recommencer.

Tâche de faire venir les petites Berger[5]. Notre lettre est bien embrouillée car c'est tantôt Marie tantôt moi qui écrivons. On y voit presque plus clair. Nous avons goûté vers les 3 heures et demi 4 h avec de bonnes petites tartines de confitures. Je t'écrirai encore demain si j'en trouve le temps mais en suivant ce cher petit règlement on a le temps de tout.

Mère Marie pleure encore je vais l'embrasser cela me trop de peine. Je pense bien à toi et je pleure en moi-même mais je ne veux pas pleurer tout haut cela pourrait faire de la peine à bonne-maman car elle pourrait croire que ça me fait de la peine de rester avec elle et elle pourrait aussi croire que je ne me trouve pas bien chez elle. Nous allons quitter le cabinet car l'on n'y voit plus clair. Marie et Cécile[6] sont montées faire du feu dans notre chambre, moi je suis restée à t'écrire. Marie a fini. Demain je t'écrirai plus longuement qu'aujourd'hui, car j'aurai plus de temps. Je suis bien fatiguée et j'espère que je passerai une bonne nuit ce qui coupera le temps. Mais adieu chère maman et cher papa je vous embrasse comme je vous aime

Emilie Mertzdorff

Bien des amitiés de la part de Cécile

Bonne-maman te fait dire ses plus tendres amitiés.

Tâche de nous revenir bientôt avec les amies

Je te demande bien pardon de mon écriture atroce

Demain je dessinerai cela m'amusera beaucoup et ça m'occupera.


Notes

  1. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  2. Possiblement Célestine Billig, épouse de Louis Alexandre Henriet.
  3. Charles Mertzdorff.
  4. Marie Mertzdorff.
  5. Marie et Hélène Berger.
  6. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 31 octobre 1870 (B). Lettre d’Emilie et Marie Mertzdorff (à Morschwiller chez leurs grands-parents) à leur mère Eugénie Desnoyers (épouse de Charles Mertzdorff) (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_31_octobre_1870_(B)&oldid=40546 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.