Lundi 23 janvier 1865

De Une correspondance familiale

Copie par Félicité Duméril d’une lettre de Berthe Le Barbier de Tinan (épouse de Georges Pochet) (Le Havre) à Eugénie Duméril (épouse d’Auguste Duméril) (Paris)

copie de la lettre 1865-01-23 page1.jpg copie de la lettre 1865-01-23 pages2-3.jpg


Copie de la Lettre de Berthe Pochet[1] écrite à ma sœur[2] le 23 Janvier 1865.

Puisque je ne puis être près de vous demain, ma chère Eugénie, laissez-moi vous griffonner quelques mots pour vous prouver que mon cœur et ma pensée sont avec vous et que Dieu recevra demain mes plus ardentes prières pour le bonheur de votre chère Adèle[3].

J’ai appris son mariage avec un grand plaisir car vous paraissiez tous très satisfaits. Adèle a des qualités si sérieuses et si solides que son avenir est assuré maintenant.

Elle se marie jour pour jour cinq ans après moi, 24 Janvier 1860, c’était même un Mardi. Je ne puis lui souhaiter qu’une chose, c’est de trouver dans M. Soleil, un mari aussi bon et aussi dévoué que mon Georges[4]. Pour vous, ma pauvre Eugénie, c’est un jour de profonde émotion ! Et pourtant Dieu vous accorde une grande grâce en vous laissant votre fille, non seulement dans la même ville, mais dans la même maison ! Vous ne perdez pas votre fille et vous gagnez un fils ! Demain j’offrirai à Dieu pour Adèle mes souffrances et mes découragements[5]. S’il m’exauce votre chère enfant sera bien heureuse ! Embrassez-la de ma part ; elle me connaît bien peu, mais elle peut compter sur ma sincère affection. Si mon pauvre Georges n’était pas un vrai garde-malade, il aurait été avec Edmond[6] pour assister à ce grand jour ; mais il est trop bon mari pour songer à me quitter. Il est à moitié dans tous les vœux que je vous exprime. Adieu ma chère Eugénie, pardonnez-moi ce vilain griffonnage, mes quatre mois de lit sont là pour m’excuser. Une affectueuse poignée de main à Auguste, encore un baiser à Adèle et pour vous demain, ma pensée, mon cœur, et mes meilleures prières.

Berthe


Notes

  1. Berthe Le Barbier de Tinan, épouse de Georges Pochet.
  2. Eugénie Duméril, épouse d’Auguste Duméril et sœur de la copiste Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  3. Adèle Duméril, fille d’Eugénie, épouse Félix Soleil le 24 janvier.
  4. Georges Pochet.
  5. Berthe a perdu sa sœur en 1862, son deuxième enfant peu après sa naissance en 1863.
  6. Richard Edmond Latham, cousin de Georges Pochet.

Notice bibliographique

D’après la copie de l’original

Pour citer cette page

« Lundi 23 janvier 1865. Copie par Félicité Duméril d’une lettre de Berthe Le Barbier de Tinan (épouse de Georges Pochet) (Le Havre) à Eugénie Duméril (épouse d’Auguste Duméril) (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_23_janvier_1865&oldid=40412 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.