Lundi 16 mai 1864 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre des petites Marie et Emilie Mertzdorff (Vieux-Thann) à leur tante Aglaé Dsnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)

original de la lettre 1864-05-16 B.jpg


Vieux-Thann

16 Mai 64

Ma chère Tante Aglaé, je t’embrasse fort ainsi que l’oncle Alphonse[1].

Je te souhaite une bonne fête. Papa[2] me charge de t’embrasser bien fort

Marie Mertzdorff

Oncle Taquin,

Je te charge de bien des amitiés pour oncle Julien[3].

Je t’embrasse bien fort (mais qui demande la maman[4]). Réponse de l’auteur : « Mais Tante Aglaé, pour sa fête ».

Emilie Mertzdorff


Notes

  1. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé Desnoyers.
  2. Charles Mertzdorff.
  3. Julien Desnoyers, jeune frère d’Aglaé et Eugénie.
  4. Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 16 mai 1864 (B). Lettre des petites Marie et Emilie Mertzdorff (Vieux-Thann) à leur tante Aglaé Dsnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_16_mai_1864_(B)&oldid=40287 (accédée le 25 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.