Laplace, Pierre Simon (1749-1827)

De Une correspondance familiale

Fils d’un cultivateur du Pays d’Auge, mathématicien, astronome et physicien, Laplace est reconnu dès la fin du XVIIIe siècle pour ses études d'astronomie physique et de mathématiques. Aux côtés d’Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), il étudie, en tant que physicien, la respiration animale ; les deux savants concluent que « la respiration est une combustion, à la vérité fort lente […] la chaleur développée dans cette combustion se communique au sang qui traverse les poumons et de là se répand dans tout le système animal ». D'Alembert le fait nommer professeur de mathématiques à l'École militaire, où le jeune Bonaparte a l’occasion de le rencontrer. Laplace est choisi comme premier ministre de l'Intérieur immédiatement après le 18 Brumaire, en novembre 1799. Quelques semaines plus tard Bonaparte le remplace à ce poste par son frère Lucien.

Laplace est professeur à l’Ecole Polytechnique lors de sa création (1795). Il fait partie de la Société Philomathique à laquelle appartient également André Marie Constant Duméril. Celui-ci signale en février 1806 un « dîner en grande Cérémonie » auquel participe entre autres Lacépède.

Il est pair de France et marquis sous la Restauration.

Ses Œuvres complètes ont été publiées sous les auspices de l'Académie des sciences par MM. les secrétaires perpétuels, Gauthier-Villars (Paris, 1878-1912), en 14 volumes.



Pour citer cette page

« Laplace, Pierre Simon (1749-1827) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Laplace,_Pierre_Simon_(1749-1827)&oldid=41993 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.