Lalance, Auguste (1830-1920) et sa mère

De Une correspondance familiale
(Redirigé depuis Lalance, Auguste (1830-1920))

Fin 1875 « M. Lalance » négocie avec Charles Mertzdorff, au nom de M. Haeffely, pour la location de l’usine de Morschwiller. Il s’agit probablement d’Auguste Lalance, déjà associé à Henri Haeffely (plutôt que l’un de ses frères).  

Auguste Lalance est fils de l’industriel Auguste Lalance (1802-1842) et de Mélanie Koechlin (1809-1881 ; Charles Mertzdorff signale son décès : lettre du 29 janvier 1881B). En 1845 il entre aux ateliers de son oncle André Koechlin, démissionne en 1855 pour fonder sa propre entreprise en Angleterre et voyager. A son retour en Alsace en 1868 il épouse Amélie Weiss (fille du chimiste Georges Weiss). En 1870 Auguste Lalance s'associe à Henry Haeffely et Gustave Schaffer dans l'Etablissement d'Impression, de Teinture et de Blanchiment de Pfastatt. Au moment de l'annexion il s'engage dans la vie politique en tant que protestataire au Reich. Après un séjour à Paris, il revient en 1910 s'établir à Mulhouse où il se consacre principalement aux fondations qu'il a créées en 1901 et 1903 : l'Union Home vouée au logement social et le Sanatorium Lalance.

Auguste Lalance a deux frères, Ernest Lalance (1833-1885), dessinateur, et Amédée Lalance (1839-1910), ingénieur à Thann.



Pour citer cette page

« Lalance, Auguste (1830-1920) et sa mère », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lalance,_Auguste_(1830-1920)_et_sa_m%C3%A8re&oldid=41985 (accédée le 2 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.