Juillet 1848

De Une correspondance familiale

Lettre de Félicité Duméril (Paris) à sa fille Caroline (Trouville)

Original de la lettre 1848-07.jpg


Ma bonne petite Caroline,

Nous sommes tous à merveille et je viens te dire de bien profiter du petit séjour que tu fais chez tes excellents parents[1]. Tout en prenant de la récréation n’oublie pas les petits devoirs et place Léon[2] de manière qu’il puisse bien faire les siens de façon à contenter tout à fait Mlle Lemoine[3] qui s’est encore montrée aujourd’hui si bonne pour nous. Tu sais ma chère enfant qu’il faut bien mettre tout son temps à profit. Soit comme toujours une bonne petite mère pour ton frère en prévoyant tout et en lui faisant faire avec douceur tous ses petits devoirs. Embrasse pour moi la bonne petite Adèle[4].

FD


Notes

  1. Caroline est en vacances à Trouville, chez ses oncle et tante, Auguste et Eugénie Duméril.
  2. Léon Duméril, jeune frère de Caroline.
  3. Mlle Lemoine donne des cours aux enfants Duméril (Caroline, Léon et Adèle).
  4. Adèle Duméril, fille d’Auguste et Eugénie.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Mademoiselle Caroline Duméril

Pour citer cette page

« Juillet 1848. Lettre de Félicité Duméril (Paris) à sa fille Caroline (Trouville) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Juillet_1848&oldid=40193 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.