Jeudi 6 novembre 1919

De Une correspondance familiale


Lettre de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris)


original de la lettre 1919-11-06 pages 1-2.jpg original de la lettre 1919-11-06 pages 3-4.jpg


le 6 novembre 19

Mon cher Louis,

Je cherche en vain dans mes Nombreux papiers le dossier constitué en vue de me renseigner sur le prix des Ardoises comprenant : une grande feuille, le prospectus imprimé de Larivière[1] (ardoisière d’Angers),
une lettre de l’étendard de Calais,
une lettre de Prévost d’Etaples[2],
une adresse d’un marchand d’ardoises à Rue (je crois).
Las de chercher, je veux me figurer que j’ai pu laisser cela dans le grand tiroir du milieu de mon bureau, ou sur le bureau lui-même, ou dans le tiroir au-dessous de la caisse, mais presque au-dessus, très [visible] [   ].
Je ne vois pas que ça ait chance d’être ailleurs.
Si tu trouves ce dossier, envoie-le-moi.

Rien de très neuf à te signaler. Paul de Sainte Maresville avait convoqué les électeurs hier soir au café central. Il y a été aux prises pendant plusieurs heures avec le député[3], à qui il avait servi plusieurs mots qui ne devraient pas être de son goût au sujet de l’abbe[sse] [  ] des frères de la Chartreuse, des casquettes électorales, de son inaptitude à être membre de la ligue desCombattants, mais se ralliant à la candidature de Nourtier au combattant qui trouve grâce devant notre municipalité.
Je n’ai pas assisté à cette réunion.

Le temps reste bien maussade.

En te quittant lundi, j’ai fait, par une pluie battante, une excursion à Berck pour n’y pas trouver l’essence et le pétrole que j’espérais y trouver mais j’ai vu quelques personnes que j’aimais à voir et j’ai pu en revenant à Rang-du-Fliers, y rencontrer dans son immense dépôt de barriques le citoyen de Berck qui y faisait une vente la veille et à qui il en restait abondamment. J’en ai commandé 12, de différents Calibres, que j’attends, dont 8 légères, favorables [à une] expédition vers Paris, [le] vendeur a eu l’honnêteté de les choisir parmi celles en bon état.

Mille amitiés.

D. Froissart


Notes

  1. A la suite de son père, Charles Larivière (1824-1887), Gustave Larivière devient gérant de la Commission des ardoisières, jusqu’à son décès en 1925.
  2. Léon Prévost architecte à Etaples ?
  3. Probablement Victor Morel.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 6 novembre 1919. Lettre de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_6_novembre_1919&oldid=56255 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.