Jeudi 2 mai 1918

De Une correspondance familiale


Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé)


original de la lettre 1918-05-02 pages 2-3.jpg


2 Mai 18

Mon cher Louis,

Pierre[1] vient d’arriver. Il s’était un peu attardé à Nancy tout simplement. Il paraît être le plus heureux des hommes et je regrette que tu ne le voies pas. M. Daum et sa fille[2] arrivent Samedi soir, le premier pour 2 jours, mais A. restera jusqu’à Jeudi ou Vendredi et Pierre, je pense, en même temps. Son père viendra la chercher. Quel dommage que Michel[3] et toi ne puissiez être ici. La famille est si dispersée que nous ne pourrons avoir que Guy et Made[4].

Et pendant que nous serons heureux ici, tu continueras sans doute à mener une rude existence, pauvre enfant. Je pense, en effet, que tu apprends autrement que par les journaux (c’est notre cas ici) que tu es bombardé et que tes nuits tronquées sont plus nombreuses que les nôtres. Nous n’avons eu que 2 alertes depuis un mois.

As-tu des nouvelles du Lieutenant de Solages[5] ? Est-il toujours à l’hôpital ?

Je ne te demande pas cela parce que je pense encore au projet dont je t’avais parlé[6] : il y a du nouveau de ce côté aussi, mais c’est encore très confidentiel pour des motifs analogues à ceux de Pierre. Je crois qu’on attend également une permission pour rendre la chose officielle. Ta tante[7] et la jeune intéressée paraissent ravies.

Ton papa[8] voudrait bien repartir pour Campagne après la permission de Pierre et m’emmener. Quand peux-tu espérer avoir la tienne ? Michel croit devoir l’attendre encore plusieurs semaines.

Je t’embrasse tendrement.

Emy


Notes

  1. Pierre Froissart, frère de Louis, futur époux d’Antoinette Daum.
  2. Antonin Daum et sa fille Antoinette.
  3. Michel Froissart, frère de Louis.
  4. Guy Colmet Daâge et son épouse Madeleine Froissart.
  5. Probablement Thibaut de Solages qui épousera en 1919 Marguerite de Garempel de Bressieux.
  6. Un projet matrimonial. Notons que Louis Froissart épousera Béatrix de Solages en 1924.
  7. Probablement Marie Mertzdorff, veuve de Marcel de Fréville.
  8. Damas Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 2 mai 1918. Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_2_mai_1918&oldid=53097 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.