Jeudi 26 mars 1807

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens)


Original de la lettre 1807-03-26-pages1-4.jpg Original de la lettre 1807-03-26-pages2-3.jpg


N°180

Mes chers parents, La première chose que j'ai à vous dire c'est l'heureux accouchement de mon Alphonsine[1]. Cet événement a été des plus heureux. hier elle s'est promenée avec moi plus d'une heure et demie au jardin des plantes où elle était allée à pied et d'où elle est revenue de même à huit heures du soir. A minuit elle a commencé à ressentir quelques douleurs et à 7 heures du matin, le 26 mars, tout était fini sans que j'aie eu besoin d'appeler personne à mon aide. j'avais désiré un fils mais j'en ai pris mon parti aussitôt que j'eus reconnu son sexe. cette petite est extrêmement forte. j'espère que nous n'aurons pas beaucoup de peine à l'élever.

Veuillez bien instruire mon oncle Duval[2] et mes cousins et cousines Duval, Delamothe et Duquesnel[3] auxquels je me propose d'écrire dans un autre moment.

Maman veut bien nous faire l'amitié de venir, nous en sommes réjouis et nous nous faisons une grande fête de la recevoir. cependant et pour nous et pour elle nous souhaitons qu'elle remette son voyage au commencement de mai. nous aurions de la peine à la loger maintenant et d'un autre côté ma femme ayant sa mère[4] auprès d'elle, maman lui devient moins nécessaire, elle jouira mieux du plaisir de la recevoir à une époque où elle sera plus à elle et où le voyage sera plus agréable et moins fatigant.

Auguste[5] doit être à Mayence, il ne nous a pas encore donné de ses nouvelles. il est parti de Paris il y a eu mardi huit jours.

Duméril[6] est à Paris il y est revenu à peu près comme à son retour d'Italie. Auguste, Montfleury[7] et moi avons encore été obligés à de nouveaux sacrifices. j'ai pris sur moi au moins d'agir pour Montfleury auquel j'avais des fonds et je lui en ai écrit.

Nous vous embrassons bien tendrement.

C. Duméril


Notes

  1. Alphonsine Delaroche vient d’accoucher de Caroline Duméril (que nous appellerons ici : l’aînée).
  2. Jean Baptiste Duval.
  3. André Marie Constant Duméril désigne ainsi son cousin Alexandre Duval.
  4. Marie Castanet, épouse de Daniel Delaroche.
  5. Auguste (l’aîné), frère d’AMC Duméril.
  6. Jean Charles Antoine dit Duméril, frère d’AMC Duméril.
  7. Florimond dit Montfleury (l’aîné), frère d’AMC Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p.170-171)

Annexe

A Monsieur

Monsieur Duméril Père

Petite rue Saint Rémy n°4

A Amiens

Pour citer cette page

« Jeudi 26 mars 1807. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_26_mars_1807&oldid=56158 (accédée le 17 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.