Faujas de Saint-Fond, Barthélemy (1741-1819)

De Une correspondance familiale

Dans son Eloge d’André Marie Constant Duméril, Pierre Flourens évoque les relations conflictuelles entre Georges Cuvier et Faujas de Saint-Fond.

D'abord avocat (1762), président de la cour du sénéchal à Montélimar, Barthélémy Faujas de Saint-Fond devient ensuite géologue vulcanologue : son goût pour la nature l'amène à faire des randonnées dans les Alpes et dans le Massif Central où il observe les mines et les volcans. En 1776, il se met en contact avec Buffon. Nommé aide-naturaliste au Jardin du Roi, il prépare la réédition des oeuvres de Bernard Palissy (1777). Il fait des recherches sur les volcans du Velay et du Vivarais, qui paraissent en 1778. Il voyage notamment en Angleterre et en Ecosse, où il constate la nature volcanique des colonnes basaltiques de la grotte de Fingal (île de Staffa) et fait paraître Minéralogie des volcans (1784). En qualité de commissaire des sciences accompagnant l'armée française aux Pays-Bas, il s'intéresse au mosasaure découvert à proximité de Maastricht en 1780. Il est nommé commissaire du roi à la visite des usines, des bouches à feu et des forêts du royaume (à partir de 1785). Il obtient en 1793 la chaire de géologie au Muséum. Il se retire en 1818. C’est Pierre Louis Antoine Cordier qui lui succède.



Pour citer cette page

« Faujas de Saint-Fond, Barthélemy (1741-1819) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Faujas_de_Saint-Fond,_Barth%C3%A9lemy_(1741-1819)&oldid=41846 (accédée le 31 janvier 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.