Dufour, Léon (1780-1865)

De Une correspondance familiale

Une lettre d’André Marie Constant Duméril à Georges Louis Duvernoy, du 9 mai 1842, signale que Léon Dufour est reçu à dîner chez les Duméril en compagnie d’autres naturalistes.

Léon Dufour fait ses études à l’Ecole de Santé de Paris, est reçu docteur en 1806 et accompagne comme médecin militaire l'armée napoléonienne en guerre en Espagne (1808-1814) d'où il ramène nombre d'échantillons botaniques et entomologiques. Tout en pratiquant la médecine à Saint-Sever (Landes), sa ville natale, il s'intéresse en botaniste et naturaliste aux lichens aussi bien qu'aux arthropodes et aux maladies de la vigne. Il publie des notes pour la Société Linnéenne de Bordeaux. Il est membre correspondant de l'Académie des sciences (1841) et président de la Société botanique de France (1859).

Outre des ouvrages botaniques et entomologiques, Léon Dufour publie des relations de voyage (Impressions d'un itinéraire à Loyola, en Espagne, adressées à Mme B. D***, 1852 ; Madrid en 1808 et Madrid en 1854, excursion dans les Castilles et les montagnes de Guadarrama, 1856). Son discours : De la Valeur historique et sentimentale d'un herbier (1860) est imprimé et ses fils les docteurs A.-Léon Dufour et Gustave-Léon Dufour publient en 1888 ses Souvenirs d'un savant français. A travers un siècle, 1780-1865, science et histoire.



Pour citer cette page

« Dufour, Léon (1780-1865) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dufour,_L%C3%A9on_(1780-1865)&oldid=41816 (accédée le 3 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.