Dimanche 7 avril 1878

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1878-04-07 page 1.jpg original de la lettre 1878-04-07 pages 2-3.jpg


Paris 7 Avril 1878.

Mon cher Papa,

Je ne sais vraiment pas si je vais finir par t’écrire ; hier déjà j’en ai eu l’intention toute la journée et nous sommes parties au cours d’anglais[1] avant d’avoir pu faire rien de ce que nous voulions ; ce matin en rentrant de la messe j’ai pris mon papier et j’ai écrit mon cher papa mais j’étais dans le cabinet d’oncle[2] et voilà qu’au lieu d’écrire nous avons si bien parlé que l’heure du déjeuner est arrivée sans que nous nous en doutions, après nous avons fait un tour dans la ménagerie nous nous sommes habillées et nous avons été à Saint-Augustin où les Sœurs avaient leur quête et elles nous avaient demandé de tenir une bourse à la porte pour remplacer des dames malades. De là nous avons fait des visites dans la famille et comme bonne-maman[3] était avec nous nous n’avons pas été vite ; tante Target[4] nous a chargées de mille choses pour toi ; nous avons vu aussi Mme P. Target[5] qui est à Paris pour quelques jours et qui retournera ensuite à Héry auprès de son père[6], nous t’avons dit n’est-ce pas que Mme Duvergier[7] était morte.

Je ne sais plus ce que j’écris il est 5h1/4 j’ai encore mon chapeau sur la tête tant j’ai voulu me dépêcher je t’avoue que je déplore ma paresse de ce matin cependant je ne veux pas laisser passer encore un jour sans te donner de nouvelles qui du reste sont excellentes ; j’ai frisé un rhume qui n’est pas arrivé ; Mme Camille[8] et ses bébés sont toujours ici les petits nous amusent et nous absorbent pas mal je pense qu’ils partiront Mercredi.

A bientôt une plus longue lettre, pardonne père chéri cette sale lettre je suis pleine de contrition et tu m’as déjà pardonné tant de choses que cela ira avec le reste.

Les bébés que nous avons me font faire des réflexions, pauvre père que de peines nous avons dû te donner !

Adieu je t’embrasse de tout mon cœur comme je t’aime.
ta fille
Marie


Notes

  1. Cours d’anglais avec Céline Silvestre de Sacy, épouse de Frédéric Foussé.
  2. Alphonse Milne-Edwards.
  3. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  4. Eléonore Pauline Lebret du Désert, veuve de Louis Ange Guy Target.
  5. Victorine Duvergier de Hauranne, épouse de Paul Louis Target Target.
  6. Prosper Duvergier de Hauranne.
  7. Camille Cécile Micoud d’Humons épouse de Prosper Duvergier de Hauranne.
  8. Louise Ida Martineau, épouse d’Antoine Camille Trézel, mère d’Henri et Félix Jean Trézel.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 7 avril 1878. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_7_avril_1878&oldid=39687 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.