Dimanche 6 novembre 1881 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff épouse de Marcel de Fréville (Paris)


Fs1881-11-06B page1-Charles.jpg Fs1881-11-06B pages2-3-Charles.jpg


Dimanche Matin 11 ½ h.

La nuit n’a pas été mauvaise c’est toujours entre 10 & 11h que l’on donne le dernier bain, mais vers 2h du matin la température était montée à 40.4 & l’on a jugé à propos de redonner un 4[°] bain.

Ce matin même bain

M. Henry Stackler[1] est étonné de trouver Hélène[2] avec toute sa tête, sans l’ombre de délire, il dit que en général avec cette élévation de la température il y a forcement délire.

En somme il ne trouve pas que la maladie fasse des progrès il est content car rien d’inquiétant pour le moment. Mais il dit bien qu’avec cette maladie l’on n’est jamais entièrement rassuré.

M. Henry n’a pas l’expérience du traitement à l’eau froide qu’il suit avec grand intérêt & je crois que tous sont contents de notre Docteur[3] qui met un dévouement bien grand. Il vient suivre la maladie 4 à 6 fois par jour.

M. Henry a télégraph à Mme Miquey[4] que la petite malade va un peu mieux.

Depuis le début de la maladie Hélène ne voulait plus son livre d’images, tandis que ce matin, elle-même a demandé ses images, ce qui est bon signe.

Outre les deux sœurs de Vieux-Thann une sœur de Thann vient aider & dans la journée Sœur Bonaventure passe des heures ici.

Tu ne me dis pas si les wagons de meubles sont arrivés & si nos chers Parents[5] peuvent s’occuper à emménager, nous espérons que tout est arrivé & que le plus gros se trouve déjà fait.

Tout naturellement notre petite malade prime tout & je ne vois pas autres nouvelles à vous adresser.

Nous avons un temps admirable chaud & beau.  


Notes

  1. Henri Stackler, médecin.
  2. Hélène Duméril, atteinte de la fièvre typhoïde.
  3. Le docteur Louis Disqué.
  4. Joséphine Fillat, épouse d’Étienne Miquey.
  5. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril qui emménagent 22 rue des Fossés Saint-Jacques.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Dimanche 6 novembre 1881 (B). Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff épouse de Marcel de Fréville (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_6_novembre_1881_(B)&oldid=39680 (accédée le 20 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.