Dimanche 4 novembre 1917 (B)

De Une correspondance familiale

Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré) à son fils Louis Froissart (mobilisé)

original de la carte-lettre 1917-11-04B.jpg original de l'adresse de la carte-lettre 1917-11-04B.jpg


Dimanche 2h ½

Ta lettre du 31 nous arrive, mon cher enfant, peu après que j’ai fait partir la mienne ; je m’empresse de t’en remercier. Je suis contente que tu aies encore ton capitaine, profite bien de sa présence et de sa précieuse amitié.

Tu as deviné que l’état moral de ton papa[1] laisse un peu à désirer, il est triste. Je me demande si le retour à Paris sera bon ou nuisible ?...

T’ai-je dit que Louise[2] s’en va à Fressin ? Nous emmenons toute la famille Alexandre[3] ; ce n’est pas tout à fait mon rêve, mais on fait comme on peut.

Je t’embrasse de nouveau.

Emy


Notes

  1. Damas Froissart.
  2. Louise Bruche, épouse de Georges Bénard, employée par les Froissart.
  3. Alexandre et son épouse Marie, employés par les Froissart, et leur fille.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Aspirant Froissart
50e régiment d’Artillerie 2e Bie
Secteur Postal 113

Pour citer cette page

« Dimanche 4 novembre 1917 (B). Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_4_novembre_1917_(B)&oldid=55429 (accédée le 2 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.