Defrance, Louis (1777-1839) et ses proches

De Une correspondance familiale

Dans leurs lettres familiales, les Duméril font allusion à leurs relations avec des Defrance, précisant parfois : ceux d’Auxi-le-Château (Pas-de-Calais) - à ne pas confondre avec Jacques Louis Marin Defrance de Caen.

Les Defrance d’Auxi-le-Château sont des cousins germains d’André Marie Constant Duméril. Angélique Duval, sœur de Rosalie, a épousé Louis Leguay, notaire à Auxi-le-Château (Pas-de-Calais). Ils ont quatre enfants : l’aînée, Basilice Leguay (1773-1826) épouse en 1801 Louis Defrance (1777-1839). C’est ce couple qui est mentionné dans les lettres. Il y a trois autres filles, Pélagie Leguay (née en 1766) qui épouse Charles Vuatiné ; Rosalie Leguay (1775-1850) qui épouse en 1814 Benoît Lesturgez (1775-1854) ; et Scolastique Leguay (1778-1864) qui épouse Antoine Loir (1771-1868).

(Benoit Auguste) Louis Defrance est le fils de François Marie Benoît Defrance (vers 1747-1833) et de Isabelle Ursule Prieur. Louis Defrance épouse (Angélique Ovide) Basilice Leguay le 20 pluviôse an 9 à Auxi-le-Château (Pas-de-Calais). Ils ont de nombreux enfants dont plusieurs meurent jeunes. Citons :

  1. Benoît (Louis Félix) Defrance (né en l’an 10), marchand de drap. Il épouse Alexandrine Sagebien (1805-1834) ; ils ont deux fils : Benoît (Alexandre Louis) Defrance (1830-1840) et (Arsène Alphonse) Octave Defrance, né en 1834, qui épouse Zénobie Defrance (ils ont 5 enfants : Marguerite, Alphonse, Maurice, René et Georges Defrance)
  2. Élise (Henriette Basilice) Defrance (an 12-1823)
  3. Eugène (Sulpice) Defrance (né en 1806) ; étudiant en médecine et soutient sa thèse sur Des tumeurs érectiles en 1835
  4. Alexandre (Ovide) Defrance (1807-1819)
  5. Sophie (Pauline) Defrance (1808-1823)
  6. Alphonse (François Édouard) Defrance (1813-1866) : Auguste Duméril signale sa mort dans son journal). Il cherche sa voie dans le commerce avant d’être accueilli dans une étude de notaire familiale à Auxi-le-Château. Il épouse Zénobie Hurtrel ; ils ont au moins deux enfants, nés à Saint-Omer : Zénobie Defrance (1840-1918) et Guillaume Auguste Edmond Defrance (né en 1843). Zénobie Defrance épouse Octave (Arsène Alphonse) Defrance ; ils ont cinq enfants : Marguerite, Alphonse, Maurice, René et Georges Defrance.

Louis Defrance (1777-1839) sollicite un congé, en 1812, pour venir s’installer à Paris, car il « vient d’éprouver une affaire désagréable pour sa place ». Son cousin fait intervenir M. Bally avec succès. Louis Defrance change d’avis mais est finalement obligé de quitter Auxi-le-Château. Le couple séjourne alors chez les Duméril à Paris, sans leurs enfants, puis ils s’installent en famille dans la capitale. Les lettres de 1816 à 1821 contiennent de nombreuses mentions de visites de la famille Defrance, souvent en compagnie de Suzanne de Carondelet. Deux des fils de Louis Defrance, Eugène et Alphonse, deviennent dans les années 1830, des camarades d’Auguste Duméril (fils d’André Marie Constant Duméril).



Pour citer cette page

« Defrance, Louis (1777-1839) et ses proches », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Defrance,_Louis_(1777-1839)_et_ses_proches&oldid=59201 (accédée le 17 juin 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.