Defrance, Louis (1777-1839) et ses proches

De Une correspondance familiale

Dans leurs lettres familiales, les Duméril font allusion à leurs relations avec des Defrance, précisant parfois : ceux d’Auxi-le-Château (en 1812) ou celui de Caen (entre 1812 et 1821).

Les Defrance d’Auxi-le-Château sont des cousins germains d’André Marie Constant Duméril. Angélique Duval, sœur de Rosalie, a épousé Louis Leguay, notaire à Auxi-le-Château. Ils ont quatre enfants : l’aînée, Basilice (1773-1826) épouse en 1801 Louis Defrance (1777-1839). C’est ce couple qui est mentionné dans les lettres. Il y a trois autres filles, Pélagie (1766- ?) qui épouse Charles Vurtine ; Rosalie (1775-1850) qui épouse en 1814 Benoît Léturgez (1775-1854) ; et Scolastique (1778-1864) qui épouse Antoine Loir (1771-1868).

Louis Defrance (1777-1839) sollicite un congé, en 1812, pour venir s’installer à Paris, car il « vient d’éprouver une affaire désagréable pour sa place ». Son cousin fait intervenir M. Bally avec succès. Louis Defrance change d’avis mais est finalement obligé de quitter Auxi-le-Château. Le couple séjourne alors chez les Duméril à Paris, sans leurs enfants, puis ils s’installent en famille dans la capitale. Les lettres de 1816 à 1821 contiennent de nombreuses mentions de visites de la famille Defrance, souvent en compagnie de Suzanne de Carondelet. Deux des fils de Louis Defrance, Eugène et Alphonse, deviennent dans les années 1830, des camarades d’Auguste Duméril (fils d’André Marie Constant) ; Eugène est étudiant en médecine et soutient sa thèse sur Des tumeurs érectiles en 1835 ; Alphonse cherche sa voie dans le commerce avant d’être accueilli dans une étude de notaire familiale à Auxi-le-Château.

« M. De France de Caen » est Jacques Louis Marin Defrance (1758-1850), né à Caen. Il fait recommander avec succès un candidat auprès de Chaussier par André Marie Constant Duméril. Il exerce comme receveur des domaines et conservateur des hypothèques. Jacques Louis Marin Defrance est également un collectionneur et amateur de botanique, de géologie et de paléontologie. Il collabore aux Mémoires du Muséum, aux Annales des sciences naturelles et au Dictionnaire des sciences naturelles. Son Tableau des corps organisés fossiles est publié en 1824. Il est l'un des fondateurs de la Société géologique de France. Il constitue une importante collection de coquilles fossiles ramassées en Seine et Oise, qu’avec l’appui de Lamarck il fait dessiner par les peintres du Muséum (Maréchal et Oudinot) ; cette collection est vendue au Muséum par sa petite-fille et unique héritière Cécile Caroline Baleste.



Pour citer cette page

« Defrance, Louis (1777-1839) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Defrance,_Louis_(1777-1839)_et_ses_proches&oldid=41756 (accédée le 4 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.