1919 - La Ligue des Combattants Volontaires de la Grande Guerre

De Une correspondance familiale

Damas Froissart, dans sa lettre du 6 novembre 1919, fait allusion à la campagne électorale en cours : les élections législatives ont lieu fin novembre. Autour du candidat Victor Morel, la Ligue des Combattants est mentionnée.

Cette association est alors toute récente, puisque la déclaration à la préfecture de la Seine de la « Ligue des Combattants Volontaires de la Grande Guerre - Fraternité d'Armes » date du 16 janvier 1919. Son siège est à Paris. Cette ligue ne fait pas l'unanimité car elle est jugée trop hétérogène, associant des engagés volontaires des services de l’arrière à des soldats aux actes héroïques reconnus. A la suite de cette période de peu de succès, une refondation est opérée. A la suite des « États généraux de la France Meurtrie », organisés à Versailles en 1927, un appel est lancé afin de regrouper tous les « vrais » Combattants volontaires. Cette campagne aboutit en 1928 à la transformation de la Ligue des combattants en « Fédération Nationale des Combattants Volontaires de la Grande Guerre ». Cette association des combattants fusionnera plus tard avec l'association des engagés, devenant en 1936 le « Fédération Nationale des Engagés et Combattants Volontaires de la Grande Guerre ».


Pour citer cette page

« 1919 - La Ligue des Combattants Volontaires de la Grande Guerre », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=1919_-_La_Ligue_des_Combattants_Volontaires_de_la_Grande_Guerre&oldid=53625 (accédée le 27 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.