13 août 188 ?

De Une correspondance familiale


Lettre de Cécile Bertrand-Geslin, épouse de René Magnier de Maisonneuve (Douet-Garnier, près de Nantes) à son amie Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris)

-fs1884-08-13-pages1-4 Cécile de Maisonneuve à Marie.jpg-fs1884-08-13-pages2-3 Cécile de Maisonneuve à Marie.jpg


Douet-Garnier[1]

13 août[2]

Bonne fête, chère Amie ! Que ne puis-je vous la souhaiter en vous embrassant moi-même, de tout mon cœur ! Il me paraît si long d’attendre le mois de décembre pour le faire ! Savez-vous, ma chère Marie, qu’avec Mme Goussard[3] vous êtes la seule personne que je regrette vraiment et sincèrement en quittant Paris… Vous êtes aussi une de celles auxquelles je pense le plus et je crois que si je vous disais à quel point vous êtes entrée dans mon cœur vous croiriez que j’exagère ; moi-même, je croyais qu’il n’y avait que de vieilles amies qui pussent s’y ancrer si profondément. Le ton si affectueux, si tendre de votre lettre m’a causé un vrai bonheur ; mais c’est très mal d’employer vos bonnes prières pour mon rétablissement quand je vous les ai demandées pour tout autre chose ; d’ailleurs, je n’en ai plus besoins pour la 1ère affaire car, grâce aux prières en question, je suis rentrée dans mon état normal ; mais je vous les demande toujours pour la même chose et je vous en remercie mille et mille fois.

Pour vous obéir en partie, je ne vous écrirai pas longuement et je vous quitte en vous assurant de mon attachement le plus tendre,

Cécile

Baisers à vos petits chéris.

Notes

  1. Manoir proche de Nantes.
  2. Lettre non datée à situer après la naissance des premiers enfants de Marie Mertzdorff-de Fréville (Jeanne en 1881, Robert en 1882, Charles en 1884, Marie Thérèse 1887, Françoise en 1892). Le papier, non bordé de noir comme celui des deux autres lettres de Cécile Magnier de Maisonneuve de 1887, nous incite à attribuer à cette lettre une date antérieure à 1886, avant la mort de son beau-père, Henri Magnier de Maisonneuve (janvier 1886).
  3. Marie Lucie Amélie Loyseau, veuve (?) de Charles Goussard.

Notice bibliographique

D’après l’original.


Pour citer cette page

« 13 août 188 ?. Lettre de Cécile Bertrand-Geslin, épouse de René Magnier de Maisonneuve (Douet-Garnier, près de Nantes) à son amie Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=13_ao%C3%BBt_188_%3F&oldid=60793 (accédée le 16 juin 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.