Vendredi fin avril 1876

De Une correspondance familiale

Lettre de Cécile Milne-Edwards, épouse d'Ernest Charles Jean Baptiste Dumas (Cannes) à Marie Mertzdorff (Paris)


Fs1876-04-fin ex1878-pages1-4 Cécile Milne-Edwards-Dumas-lourd.jpg Fs1876-04-fin ex1878-pages2-3 Cécile Milne-Edwards-Dumas.jpg



Vendredi 6h.

Je te fais mes meilleurs compliments, ma chère Marie, & ton succès me fait le plus grand plaisir. Voilà donc ces terribles émotions passées. As-tu été très intimidée ou as-tu montré un front calme à tes examinateurs ? ce qu’on t’a demandé était-il très difficile ? ton père[1], ton oncle, ta tante[2], chacun a dû te dire déjà que c’était la juste récompense d’un travail assidu mais comme en ce monde les justes récompenses ne viennent pas toujours, on éprouve une certaine satisfaction à la tenir.

Tu vas te reposer sur tes lauriers maintenant & prendre probablement un peu de repos car je suppose que le Cours supérieur va finir.

Voudras-tu dire à ta tante que je donne au plus 40 F, que si elle met la main sur une [perle], j’aimerais mieux que ce soit définitif, sinon, non. Je pense revenir vers le [10]. Quant au [  ] où je me dirigerai je ne puis guère le savoir avant d’être revenue à Paris car je crois nécessaire de demander encore où il faudra le [mieux conduire le jeune Jean[3]] que je compte transporter à droite ou à gauche cet été, autant que les médecins l'ordonneront pour en finir une bonne fois et n'être [pas obligé de] continuer l’an prochain.

Hier le temps a été superbe mais il se gâte aujourd’hui & il vient de pleuvoir juste au moment où nous rentrions d’une fort jolie promenade dans un petit vallon derrière la ville. Jean continue à manquer les papillons mais la chasse aux lézards le console de tout. Adieu ma chère Marie & très honorable lauréate (tu vas me dire que je ne parle par français) je t’embrasse tendrement ainsi qu’Émilie[4].

amitiés à tous.

CD


Notes

  1. Charles Mertzdorff.
  2. Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers.
  3. Jean Dumas, son fils.
  4. Émilie Mertzdorff, sœur de Marie.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Document(s) à télécharger

Remplacer par les liens vers les fichiers originaux


Pour citer cette page

« Vendredi fin avril 1876. Lettre de Cécile Milne-Edwards, épouse d'Ernest Charles Jean Baptiste Dumas (Cannes) à Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_fin_avril_1876&oldid=41345 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.