Vendredi 18 octobre 1799, 26 vendémiaire an VIII

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1799-10-18.jpg


n° 120

Paris le 26 Vendémiaire an 8

je vous écris de chez Duméril[1] qui m’a fait demander pour me faire part des grandes inquiétudes dans lesquelles le jette le silence que l’on a gardé à amiens. il a fait adresser à Désarbret des expéditions d’assignation aux héritiers Beaussard, elles ont dû être envoyées de Beauvais où l’appel n’a pas eu lieu faute de nullité. j’ai dit à Duméril que j’avais appris chez madame Beaurain que Désarbret était parti pour abbeville, qu’il pourrait très bien se faire que Désarbret n’ait point eu la lettre. cela l’inquiète beaucoup. il espère cependant que vous aurez décacheté le paquet et fait faire ce qui était nécessaire. dans le cas contraire il vous conjure de le faire faire le plus tôt possible. C’est le seul moyen de le tirer de la circonstance la plus malheureuse. Répondez-lui

C. Duméril


Notes

  1. Jean Charles Antoine dit Duméril et Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, frères d’André Marie Constant Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 71-72)

Pour citer cette page

« Vendredi 18 octobre 1799, 26 vendémiaire an VIII. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_18_octobre_1799,_26_vend%C3%A9miaire_an_VIII&oldid=35823 (accédée le 10 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.