Vendredi 16 mars 1792

De Une correspondance familiale


Lettre de André Marie Constant Duméril (Rouen) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens)


N° 2

Papa,

Je vous engage à cultiver avec soin deux belles fleurs qu’on ne possède pas au jardin des Plantes à Amiens. Je vous les fais passer aujourd’hui dans la Boîte à M. D’Eu[1] : c’est un Oignon de Martagon ou lis rouge et la graine de la Canne d’Inde (Canna indica[2]) que le Jardinier du Roi a laissé mourir deux fois : la première plante ne veut pas être défossoyée : on la plante à fond d’argile sablonneuse. Pour la seconde, elle demande à être un peu plus chaudement, on la cultive rarement en pleine terre, mais dans de grands pots et plusieurs ensemble : on garnit le fond du pot de marne ou chaux éteinte, mêlée avec du terreau encore un peu chaud. Si le petit envoi que je vous fais vous est agréable, mandez-le moi, je suis à portée de vous en faire passer d’autres.

J’ai prié maman[3] de vouloir bien faire porter à la messagerie de Boulogne la boîte de M. D’Eu. je me suis trompé. J’ai revu sa lettre : c’est à la Diligence.

Papa, Les affaires de Mme Thillaye[4] en sont toujours au même point. Elle m’a communiqué votre dernière. Je vois que vous êtes aussi embarrassé que moi. Attendons qu’elle s’explique. En attendant, je vous embrasse ainsi que maman.

Votre fils Constant Duméril

à Rouen le 16 mars 1791[5].


Notes

  1. Louis Joseph Deu de Perthes.
  2. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert contient un article de Louis de Jaucourt (1704-1779) sur cette plante exotique, Sagittaria ou canna indica.
  3. Rosalie Duval, épouse Duméril.
  4. La veuve de Jacques François René Thillaye (mort en novembre 1791), née Platel.
  5. Malgré cette mention, qui explique le n° 2 du classement par le copiste, la lettre date plus sûrement du 16 mars 1792. Plusieurs indices, mentionnés dans la lettre du 15 mars étayent cette datation en 1792.

Notice bibliographique

D’après le livre des lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p. 39-40

Pour citer cette page

« Vendredi 16 mars 1792. Lettre de André Marie Constant Duméril (Rouen) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_16_mars_1792&oldid=35794 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.