Vendredi 12 janvier 1917

De Une correspondance familiale

Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé)

original de la lettre 1917-01-12.jpg


12 Janvier

Mon cher Louis,

Michel[1] a été opéré ce matin : je viens de passer quelques heures auprès de lui cette après-midi, il était encore sous l’influence du chloroforme quand nous sommes arrivés, ton père[2] et moi, vers 2h ½, mais il ne s’est que trop réveillé ensuite, car il souffrait beaucoup et ne savait comment se mettre, tout mouvement lui étant très douloureux et toute position pénible à cause de la place des plaies qui rendent la fesse droite et le côté gauche du dos tout à fait inhospitaliers. Sa nuit sera certainement pénible. Il a une bonne chambre à 2 lits où il est seul, l’infirmière paraît très bien. Il est resté endormi près d’une heure. Pierre[3] n’est pas encore arrivé, nous nous demandons si c’est pour cette nuit ou pour demain matin.

Tu as sans doute vu dans les journaux que l’enterrement[4] a lieu demain. Georges[5] ne pourra y venir partant justement demain pour son dépôt divisionnaire.

Je t’embrasse,

Emy


Notes

  1. Michel Froissart, frère de Louis.
  2. Damas Froissart.
  3. Pierre Froissart, frère de Louis.
  4. L’enterrement de Cécile Milne-Edwards, veuve d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  5. Probablement Georges Dumas.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 12 janvier 1917. Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_12_janvier_1917&oldid=53845 (accédée le 3 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.