Vendedi 3 mars 1916

De Une correspondance familiale

Carte-ettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (Camp de La Braconne)

original de la lettre 1916-03-03.jpg


3 Mars

Deux mots à la hâte, mon cher petit, pour te dire que tout va bien. Lucie[1] est revenue ici depuis ce matin mais elle est astreinte encore à des précautions, le repos surtout.

Pas de nouvelles de Michel[2]. On n'en a presque pas de l'Est. Cependant Lucie a ce matin une lettre d'Henri datant de huit jours. Pierre[3] a reçu hier ta lettre.

Je viens de t'expédier du papier, et demain je t'envoie une noix de jambon tu me diras si c'est très-bon et avantageux, c'est assez cher, il y en a pour 5 F. J'envoie du saucisson et du chocolat à Dagens, en même temps.

Je t'embrasse tendrement et t'envoie les amitiés de ton papa[4], de Pierre, de Lucie, de Jacques[5], Elise,

Emy

Jacques est ici pour 24 h.


Notes

  1. Lucie Froissart épouse d'Henri Degroote.
  2. Michel Froissart, frère de Louis.
  3. Pierre Froissart, frère de Louis.
  4. Damas Froissart.
  5. Jacques Froissart, frère de Louis, époux d’Elise Vandame.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendedi 3 mars 1916. Carte-ettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Louis Froissart (Camp de La Braconne) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendedi_3_mars_1916&oldid=53769 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.