Samedi 9 juillet 1887

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann)


Fs1887-07-09 page1 Marie.jpg Fs1887-07-09 page2 Marie.jpg


Samedi 5 heures[1]

Ma chère bonne-maman,

Chaque heure augmente nos angoisses, la fièvre loin de diminuer augmente toujours, tante[2] a eu aujourd’hui 40 degrés ½ et maintenant elle rêve constamment ; elle prend encore quelque chose, mais sa faiblesse reste la même, personne ne parle plus d’espoir. Nous sommes bien bien malheureux !

Mais pourtant chers grands-parents[3] ne vous faites pas trop de mal de cet événement si affreux, elle qui ne voulait que faire du bien à tous serait trop malheureuse de vous faire du mal. Elle sera bien heureuse cette sainte tante si aimée, mais nous n’osons penser à nous, à notre pauvre oncle[4] surtout. Sais-tu qu’elle nous a demandé si cette opération ne t’avait pas fait trop d’effet ?

Au revoir chers grands-parents, je vous embrasse de tout mon cœur.

Marie


Notes

  1. A la suite de cette lettre, Félicité Duméril a recopié une autre lettre de Marie Mertzdorff-de Fréville. Voir la lettre : Lundi 11 juillet 1887 (E).
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards, a été opérée le 25 juin.
  3. Félicité et son époux Louis Daniel Constant Duméril.
  4. Alphonse Milne-Edwards.


Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Samedi 9 juillet 1887. Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_9_juillet_1887&oldid=35680 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.