Samedi 24 juillet 1915

De Une correspondance familiale

Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Montpellier) à son fils Louis Froissart (Paris)

original de la lettre 1915-07-24.jpg


Montpellier, hôtel du Midi

24 Juillet

Mon cher Louis,

Nous avons reçu hier ton petit mot, merci. Je t'écris au retour de Palavas, journée délicieuse. Mme CD[1] part demain pour aller voir sa belle-fille[2] à St Gervais. Elle est d'un courage admirable. Guy[3] a toujours le bras bien raide et le Docteur Puech a confirmé à ton papa[4] qu'il ne faut pas espérer une notable amélioration. Néanmoins il faut encore quelques semaines de traitement jusqu'à ce qu'on puisse agiter la question d'avenir : réforme ou service auxiliaire. Guy espère que ce sera ce dernier parti qui prévaudra et qu'il pourra entrer dans quelque bureau.

Je pense que ton saint hôte arrivera Lundi, fais-lui bon accueil.

Je t'embrasse tendrement ainsi que Pierre[5] si cette lettre t'arrive demain

Bonnes nouvelles de Jacques et de Michel[6]

EM


Notes

  1. Thérèse Marie Salmon, veuve de Georges Alexandre Colmet Daâge et mère de René.
  2. Monique Fouques Duparc, dont l’époux René Colmet Daâge vient d’être tué.
  3. Guy Colmet Daâge.
  4. Damas Froissart.
  5. Pierre Froissart, frère de Louis.
  6. Jacques et Michel Froissart, frères de Louis.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 24 juillet 1915. Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Montpellier) à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_24_juillet_1915&oldid=53508 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.