Samedi 1er septembre 1917 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré) à son fils Louis Froissart (Fontainebleau)

original de la lettre 1917-09-01A page 1.jpg original de la lettre 1917-09-01A page 2.jpg


1er 7bre 17

Mon cher Louis,

C’est probablement la dernière lettre que je t’écris à Bleau[1]. Nous espérons t’avoir dans quelques jours. Peut-être pourrez-vous vous arranger Michel[2] et toi pour voyager ensemble, si vous pouvez vous voir demain.

Je ne sais rien de Pierre[3] depuis notre départ, ni de Made[4]. Tu auras peut-être appris à Paris, avant de recevoir cette lettre, qu’Anne Marie[5] a eu le pied écrasé pas un gros bidon de pétrole. Ce ne sera rien, j’espère, mais il faut du repos et des soins et cela représente sans doute encore de la fatigue pour Lucie[6].

Tu trouveras ci-inclus[7] les petites nouvelles de la semaine et aussi toutes mes tendresses.

Emy


Notes

  1. Fontainebleau ?
  2. Michel Froissart, frère de Louis.
  3. Pierre Froissart, frère de Louis.
  4. Madeleine Froissart, épouse de Guy Colmet Daâge.
  5. Anne Marie Degroote.
  6. Lucie Froissart, épouse de Henri Degroote.
  7. Voir le deuxième numéro de la gazette de Brunehautpré.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 1er septembre 1917 (A). Lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré) à son fils Louis Froissart (Fontainebleau) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_1er_septembre_1917_(A)&oldid=55424 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.