Plantey, Léopold (1851-1933)

De Une correspondance familiale

Dans ses lettres de 1914, Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart, alors à Campagne-les-Hesdin (Pas de Calais), commente les actions du général Plantey.

(Pierre Adrien) Léopold Plantey est né le 15 février 1851 à Génissac (Gironde), fils de Jean Henri Plantey, propriétaire, maire de Génissac (1854-1880). En 1880 Léopold Plantey épouse, à Toulouse, Françoise de Lassus Saint-Geniès (1857-1943) ; ils ont un fils, Camille Jean Henri Plantey (1881-1968) et trois filles, Anne Adrienne Marie Madeleine Plantey (1882-1890), Geneviève Plantey (1883-1903) et Marie Henriette Plantey (1885-1970) mariée en 1905 avec Jacques Olivier Alfred Marie Rebouet (1875-1947).

Léopold Plantey entre à l’Ecole Polytechnique (1871) ; il est alors décrit ainsi : « cheveux noirs, front haut, nez moyen, yeux bruns, bouche moyenne, menton rond, visage ovale, taille 178 ». Des étapes de sa carrière sont mentionnées (général de brigade puis général de division d'artillerie), ainsi que de sa vie professionnelle : en septembre 1914, le général Plantey est à Douai ; le 11 mars 1917, il passe au colonel du Teil son grade de commandant d'armes de la Place d'Amiens. Son dossier militaire énumère ses décorations : commandeur de la Légion d'honneur le 10 avril 1915 ; croix de guerre 1914-1918 ; commandeur de l'ordre de Léopold de Belgique ; compagnon de l'ordre du Bain britannique ; croix de guerre belge 1914-1918.



Pour citer cette page

« Plantey, Léopold (1851-1933) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Plantey,_L%C3%A9opold_(1851-1933)&oldid=53482 (accédée le 1 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.