Piver, Louis Toussaint (1787-1877)

De Une correspondance familiale

Eugénie Desnoyers, mariée à Vieux-Thann en Alsace à Charles Mertzdorff, charge sa sœur Aglaé restée à Paris de nombreuses commissions : le 7 juillet 1864, elle demande de « l’eau de vie de lavande ambrée de Piver ».

Louis Toussaint Piver reprend en 1813 une parfumerie créée en 1774 par un maître gantier-parfumeur versaillais, puis passée en 1805 à son cousin Pierre Guillaume Dissey. Dissey embauche en 1809 le jeune Louis Toussaint Piver, initié à la chimie. Les deux hommes s'associent en 1813 et développent une gamme de produits cosmétiques de plus en plus large et élégamment présentée. Dès 1817, ils ouvrent des succursales à l'étranger. En 1823, au décès de Dissey, la maison devient « L.T. Piver ». Piver, fournisseur de l’Empereur après avoir été fournisseur de la cour, propose ses produits de luxe dans 5 boutiques parisiennes, dont « La Reine des Fleurs » rue Saint-Martin.

L’imprimerie d’Honoré de Balzac est chargée du Catalogue des parfumeries superfines et savons de toilette de Dissey et Piver en 1827. Pour le centenaire de la maison Piver, Gaston Vassy (1847-1885) publie La Reine des fleurs, légende hindoue (1874).



Pour citer cette page

« Piver, Louis Toussaint (1787-1877) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Piver,_Louis_Toussaint_(1787-1877)&oldid=42209 (accédée le 16 avril 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.