Expositions universelles

De Une correspondance familiale

1851, 1855, 1862, 1867, 1878, 1885


Les lettres signalent l’intérêt porté aux expositions universelles : Auguste Duméril visite celle de Londres en 1851, André Marie Constant Duméril participe en tant que scientifique à celle de Paris en 1855, Charles Mertzdorff expose en 1867, ses filles visitent celle de 1878, etc.

1851

La première grande exposition internationale est organisée par l’Angleterre à Londres à l’initiative de la Société royale des arts, des manufactures et du commerce. Cette entreprise, à laquelle le prince Albert collabore, prend bientôt un caractère officiel. L’exposition ouvre le 1er mai 1851 et dure 5 mois, jusqu’au 11 octobre. Elle est installée au Hyde Park dans le Palais de Cristal, œuvre de Paxton, Fox et Henderson. Elle est divisée en 4 grandes sections : matières premières ; machines ; objets manufacturés ; sculptures, modèles, objets d’art (c’est là que les bustes en bronze de Charles Cordier sont remarqués par la reine Victoria). 17 000 exposants sont présents. L’exposition reçoit plus de 6 millions de visiteurs. La commission française publie des rapports sous la direction de Charles Dupin.

1855

À la suite de ce succès Paris organise une exposition universelle des produits agricoles et industriels, à laquelle s’ajoute une exposition universelle des beaux-arts. Le Palais de l’industrie est construit près des Champs-Élysées sur le modèle du Palais de Cristal de Londres, agrandi de galeries et divers édifices. L’exposition est ouverte en mai et juin et se prolonge jusqu’au 15 novembre. 24 000 exposants sont présents et reçoivent plus de 5 millions de visiteurs.

1862

Repoussée d’un an par la guerre d’Italie, l’Exposition ouvre à Londres le 1er mai et se termine le 1er novembre. Elle est organisée par la Société des arts de Londres dans un bâtiment construit dans le parc de Kensington. 27 000 exposants, 6 millions de visiteurs. Le rapport de la section française est rédigé par Michel Chevalier.

1867  

L’exposition universelle de 1867, également appelée Exposition universelle d'Art et d'industrie, se tient à Paris du 1er avril au 3 novembre dans un palais construit sur le Champ de Mars. L’opération est dirigée par l’Etat. 52 000 exposants ; 11 millions de visiteurs. Le rapport administratif est rédigé par Le Play.

1878  

L'Exposition universelle de 1878 est la troisième Exposition universelle de Paris ; elle a lieu du 1er mai au 31 octobre 1878 sur le Champ de Mars. Henri Milne-Edwards la fréquente et Marie et Émilie Mertzdorff la visitent (lettres du 15 juin, 24 juin et 4 juillet 1878).
La « rue des nations », avec les façades typiques de chacun des pays exposants, occupe tout un côté de l'édifice. L'autre côté est réservé aux produits français et coloniaux. Le centre du bâtiment est consacré aux beaux-arts et au stand de la ville de Paris.
La « Galerie du Travail » expose toutes les richesses du savoir-faire humain et permet d'observer les ouvriers au travail. Le monde des jouets présente les jouets savants, petites machines à vapeur, trains à mouvement d'horloge, jeux de construction et déjà des poupées animées.
Une section d'anthropologie permet d'observer une série de crânes d'assassins, en parallèle à la tenue d'un « Congrès international des sciences anthropologiques ».
Pendant l’Exposition, le 30 juin 1878, est organisée une fête nationale
pour célébrer « la paix et le travail ».

1885  

L’Exposition universelle de 1885, qu’Edgar Zaepffel visite, se tient à Anvers, en Belgique, entre le 2 mai et 2 novembre 1885. Elle accueille 3,5 millions de visiteurs, qui rendent cette manifestation très rentable. 25 nations y participent officiellement, dont l'Allemagne, l'Autriche, le Canada, l'Empire ottoman, l'Espagne, la France, la Grande-Bretagne, le Portugal, la Serbie, le Royaume de Roumanie, les États-Unis ainsi que plusieurs États d'Amérique du Sud. Une description détaillée de l'Exposition est donnée par Anatole Bamps dans la Revue internationale qui paraît à Florence sous la direction d’Angelo de Gubernatis (25 août et 25 septembre 1885).


[D'après Wikipédia]

Pour citer cette page

« Expositions universelles », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Expositions_universelles&oldid=31269 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.