Midy, Albert (1895-1917) et sa famille

De Une correspondance familiale

Dans une lettre du 15 avril 1917 Emilie Froissart annonce à son fils : « Les pauvres Midy ont perdu leur fils Albert […] Les pauvres gens ont déjà perdu leur fils aîné d’une coxalgie, il ne leur en reste qu’un ». « Les pauvres Midy » sont Charles Midy et son épouse Palmyre Beaurain. L’état-civil de Campagne-lès-Hesdin, numérisé par le Centre d'études généalogiques du Pays des 7 Vallées, permet d’apporter des précisions.

Lors du mariage de Charles (Borromée) Midy à Campagne-lès-Hesdin, le 27 octobre 1888, ses parents sont décédés. Charles Midy, né le 7 novembre 1867, est alors déclaré « garçon d’hôtel ». Au recensement de 1911, il est l’un des facteurs de Campagne-lès-Hesdin. Son épouse Palmyre Beaurain, née comme lui en 1867, est fille d’Isidore Beaurain, cordonnier, veuf. L’un des témoins est boulanger, l’autre cordonnier. Le couple a, au moins, huit enfants :

- Jeanne Sophie Midy (née le 3 décembre 1889)
- Charles Léonard Midy (né le 6 novembre 1890 - décédé avant 1917)
- Helena Flavie Midy (née le 25 décembre 1891)
- Albert (Eugène) Midy (né le 20 janvier 1895 - tué 17 février 1917 dans la Marne). Les témoins de sa naissance sont deux instituteurs. Son père, Charles Midy, est alors manouvrier et sa mère ménagère.
- Victor Eugène Midy (né le 2 juillet 1897)
- Germaine Claire Midy (née le 22 août 1900)
- Paul Théodore Midy (20 avril-5 mai 1903)
- Madeleine Louise Midy (née le 19 juin 1909).

Emilie Froissart reproche aux Midy de donner une « éducation ultra laïque » à leurs enfants.



Pour citer cette page

« Midy, Albert (1895-1917) et sa famille », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Midy,_Albert_(1895-1917)_et_sa_famille&oldid=42109 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.