Mercredi 7 octobre 1812 (B)

De Une correspondance familiale


Lettre d’Étienne François Delaroche (Paris) à son beau-frère André Marie Constant Duméril (Nantes)


Original de la lettre 1812-10-07B.jpg


J’ai demandé mon cher Ami, à M. Bosc si la récolte du miel était cette année aussi bonne aux environs de Paris qu’elle l’est à l’ordinaire. Il m’a répondu que bien au contraire elle avait été très mauvaise et n’a pas rendu le tiers de ce qu’elle rend en général. On croit que la plupart des abeilles périront cette année. Les ruches fondées sur les anciens principes souffrent moins que les autres mais je ne me rappelle pas si c’est sous le rapport de la conservation des abeilles ou sous celui de la bonté de la récolte.

J’ai bien peur que vous n’ayez à vous plaindre du mauvais temps et que vous n’ayez été privé de la promenade aux environs d’Angers. Adieu ne m’oubliez pas auprès de votre compagnon[1]

F. Delaroche


Notes

  1. André Marie Constant Duméril voyage avec un secrétaire, Hippolyte Cloquet.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril à sa femme, p. 111). Cette lettre est jointe à la lettre d’Alphonsine du même jour (document 16)


Pour citer cette page

« Mercredi 7 octobre 1812 (B). Lettre d’Étienne François Delaroche (Paris) à son beau-frère André Marie Constant Duméril (Nantes) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_7_octobre_1812_(B)&oldid=51157 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.