Mercredi 27 décembre 1797, 7 nivôse an VI

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1797-12-27-pages1-4.jpg Original de la lettre 1797-12-27-pages2-3.jpg


n°104

Paris le 7 Nivôse an 6

Maman,

Il y a bien longtemps que j’ai l’envie de vous écrire mais je n’ai pu faute d’occasion je me suis trouvé dernièrement à dîner chez le cousin Dumont avec tous les parents que nous avons à Paris. J’ai même mangé depuis chez une de nos cousines qui est une demoiselle Catou dont vous êtes la marraine, elle est veuve d’un Monsieur Bernaut qu’elle a épousé ici[1]. Vous voudrez bien dans votre première lettre me mettre au courant de cette parenté-là. Je sais que vous connaissez très bien votre généalogie. Reine[2] vous dira ce que je pense de la femme de Dumont[3] et quand vous ou papa[4] aurez occasion de lui écrire, faites-lui compliments de ce qu’on vous en a mandé.

J’ai fait dernièrement une réforme dans mon linge. j’ai fait raccommoder toutes mes vieilles chemises. Je vous renverrai à la première occasion favorable toutes mes paires de bas. Il n’y aura à raccommoder que deux ou trois paires de fil. Toutes les autres tourneront à votre profit.

La lettre que j’ai écrite à Désarbret[5] servira de supplément à celle-ci. Nous continuons de vivre chez nous. nous sommes maintenant fort agréablement logés mais aussi il nous en coûte beaucoup plus cher. Ne viendrez-vous pas nous voir l’été prochain. Nous n’avons pas besoin de prier. C’est comme si vous descendiez chez vous. J’espère que vous nous donnerez cette fête-là en venant avec Désarbret.

Je vous embrasse ainsi que papa et suis pour la vie, votre fils soumis.

C. Duméril


Notes

  1. Madeleine Charlotte Duval, fille de Charles notaire à Sénarpont, a épousé Philippe Blaise Catou, verrier à Sénarpont. Leurs enfants (dont cette demoiselle Catou) appartiennent à la même génération qu’André Marie Constant Duméril.
  2. Reine Duméril, sœur d’André Marie Constant.
  3. Charles Dumont de Sainte-Croix a épousé Rosalie Rey le 19 novembre 1797.
  4. François Jean Charles Duméril.
  5. Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, frère d’André Marie Constant Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 45-46)

Annexe

A la citoyenne Duméril, la mère,

petite rue Saint Rémy

A Amiens

Pour citer cette page

« Mercredi 27 décembre 1797, 7 nivôse an VI. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_27_d%C3%A9cembre_1797,_7_niv%C3%B4se_an_VI&oldid=35126 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.